Atelier de recherche « Diversité des modèles de développement en Afrique du Nord au prisme de l’expérience marocaine »

Modèles de développement, gouvernance et justice sociale

Atelier de recherche « Diversité des modèles de développement en Afrique du Nord au prisme de l’expérience marocaine »
18 et 19 octobre 2017 – Centre Jacques Berque – Rabat

La rencontre organisée à Rabat s’inscrit dans le cadre du projet de recherche « Political and socio-institutional change in North Africa. Competition of models and diversity of national trajectories » (ERC Advanced Grant TARICA[1]). Financé par le Conseil européen de la recherche (ERC), TARICA a pour objectif d’analyser les mutations en cours dans le nord de l’Afrique sous l’angle de la confrontation des divers modèles politiques, sociétaux et économiques en compétition parmi les acteurs, et en tant que produit de l’appropriation et la réinterprétation qu’en font ces derniers.

La rencontre de Rabat, qui s’inscrit plus précisément dans les activités de l’axe 3 du projet intitulé « Modèles de développement, gouvernance et justice sociale », devrait permettre d’avancer dans l’identification du modèle économique émergent au Maroc et de sa dynamique macroéconomique. Le cas du Maroc sera aussi confronté à d’autres trajectoires (Tunisie, Algérie, Égypte, Libye).

La grille de lecture théorique proposée à la discussion s’inscrit dans la tradition institutionnaliste et régulationniste en économie, en particulier dans le cadre de l’analyse comparative des capitalismes (Amable, 2005). Celle-ci cherche à caractériser un ensemble de formes institutionnelles comme le marché des produits, le rapport salarial, le système financier, le système éducatif, le régime de protection sociale, le régime fiscal, etc. L’analyse des trajectoires nationales insiste sur la nécessaire prise en compte non seulement des spécificités institutionnelles, mais aussi et surtout la complémentarité (ou son absence) entre ces institutions, qui font qu’elles se renforcent (ou pas) mutuellement. L’idée est que les institutions ne « produisent » pas des résultats économiques isolément mais en combinaison avec d’autres institutions présentes dans le même modèle.

Cette analyse macro peut être révélatrice des tensions que l’accumulation capitaliste fait peser sur la reproduction des sociétés qui génèrent des médiations institutionnelles qu’on ne peut pas toutefois réduire à une application mécaniste d’enchainements macroéconomiques (Aglietta, 1997). Une approche combinant échelles méso et macro peut s’avérer pertinente pour rendre compte de la façon dont les institutions macro prennent forme et se combinent les unes aux autres (Lamarche et al. 2015). Ces espaces méso prennent des formes multiples : différenciation en territoires, en secteurs, en statuts professionnels, etc. amenant des constructions institutionnelles et des régulations spécifiques ; chacune s’accompagne de la formation « d’espaces méso » dotés de « méso-régulations partielles » produisant des autonomies relatives par rapport à la dynamique macro (voir supra). Les analyses régulationnistes pourraient être complétées par des éclairages issus des théories des systèmes complexes (Godard, 1998) qui invitent à décrire les liens dialectiques entre « méso » et « macro ».

La rencontre de Rabat doit permettre de spécifier les différentes formes institutionnelles (aux échelles macro et méso) et leur articulation dans le cas du Maroc, tout en adaptant la grille de lecture d’Amable (conçue à l’origine pour les économies ouest-européennes) à la réalité du terrain. En effet, l’étude d’autres expériences historiques de transformation socioéconomique montre que les modèles de capitalisme associés aux pays développés ne peuvent pas être transposés tels quels aux pays en transition. Une forme de capitalisme « dépendant », relativement stable, peut ainsi émerger, sous l’effet combiné de l’héritage (path dependence), des stratégies des élites nationales et de l’influence des forces externes (organisations internationales, firmes multinationales). Ce modèle présente des variantes différenciées : ex. dépendance aux exportations, dépendance de l’aide financière, dépendance des remises des migrants etc.

D’un point de vue dynamique, il s’agira de saisir l’évolution historique des différentes formes institutionnelles précitées au Maroc depuis le milieu des années 1990, sous la poussée des forces externes et internes du changement. L’atelier sera ainsi l’occasion de réunir et de dialoguer avec des spécialistes marocains de la protection sociale, du régime fiscal, du système financier, etc., afin de dessiner ensemble les contours du modèle économique marocain et d’identifier les forces de développement et de blocage (lock-in) de la trajectoire marocaine. La présence de collègues spécialistes de la Tunisie, de l’Égypte et de l’Algérie permettra de manière plus générale de discuter de la grille d’analyse proposée pour cerner les caractéristiques des modèles de développement dans les différents pays de la région d’étude.

 

[1] http://tarica.hypotheses.org/