Archives mensuelles : juillet 2019

Ateliers du 3ème Congrès des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans

Ateliers dans le cadre du Congrès organisé par Groupement d’Intérêt Scientifique du 3 au 5 juillet à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Dans le cadre du 3ème Congrès des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans du 3 au 5 juillet, des membres de l’équipe TARICA ainsi que des partenaires du projet organisent 4 ateliers.

Les ateliers présentés par les membres de l’équipe TARICA sont les suivants :

  • Fractures territoriales et remises en cause des modèles de développement en Afrique du Nord 
    Résumé : La révolution tunisienne a fait l’objet de lectures en termes de « disparités régionales » et de « fractures territoriales » qui ont contribué à un regain d’intérêt pour la dimension spatiale des phénomènes sociaux. En effet, les foyers des contestations étaient situés dans les régions de l’intérieur défavorisées, et certaines analyses ont mis en cause un modèle de développement métropolitain et extraverti, source d’inégalités et suscitant des contestations. Il faudrait néanmoins se garder de lectures trop mécanistes. Les inégalités, comme les relations de domination et d’exploitation doivent être appréhendées à des échelles multiples et articulées les unes aux autres. En outre, il importe de prendre en compte la pluralité des dynamiques historiques, sociales, politiques à l’œuvre dans les territoires. Les acteurs locaux, loin d’être cantonnés à la passivité, s’impliquent dans différentes formes d’arrangement, de résistance et d’innovation, en se référant à des modèles qu’ils contestent ou dont ils font la promotion. Cet atelier réunira des propositions qui analysent des protestations, des mobilisations et des initiatives qui soulèvent les questions des fractures territoriales et des impasses des politiques de développement dans ces territoires, et ouvrent de nouvelles perspectives. Notre point de départ est la Tunisie, mais les contributions s’ouvrent à l’ensemble de l’Afrique du Nord.
    Responsables de l’atelier : Irène Carpentier (post-doctorante ERC TARICA, LADYSS) et Diane Robert (doctorante ERC TARICA, LADYSS)
    Intervenants : Delphine Acloque, Julien Dutour, Sofia El Arabi, Emna Khemiri
  • Décentralisation et réforme de la gouvernance locale en Afrique du Nord 
    Résumé : Les Printemps arabes – et les développements subséquents – ont révélé la remise en cause de la légitimité de la gouvernance centralisée des territoires, notamment par les populations des régions défavorisées qui se considèrent victimes de l’État central et de ses politiques de développement. Dans ce contexte en pleine mutation, la décentralisation et les réformes territoriales et institutionnelles engagées par les pays d’Afrique du Nord sont soumises à une double pression s’exerçant sur ces États traditionnellement centralisés : celle des bailleurs de fonds internationaux exigeant la mise en œuvre de leurs recettes de « bonne gouvernance », et celle d’une société civile en plein essor, dont une partie des énergies cherche à s’investir dans la participation aux affaires locales. La décentralisation est, en effet, une interface entre des enjeux politiques (élections) et des enjeux de développement. Elle doit concilier plusieurs exigences souvent contradictoires : poursuivre le désengagement de l’État au profit de la société civile et du secteur économique ; rapprocher l’administration des populations ; corriger les déséquilibres territoriaux ; améliorer l’efficacité de l’action publique. L’objectif de ce panel est de rendre compte des divers modèles et modes de légitimation mobilisés par différents acteurs pour tenter d’infléchir dans le sens de leurs intérêts la réforme en cours de la gouvernance locale au Maroc, en Tunisie et en Égypte.
    Responsables de l’atelier : Clément Steuer (post-doctorant ERC TARICA, LADYSS) et Maher Ben Rebah (post-doctorant ERC TARICA, LADYSS)
    Intervenants : Maher Ben Rebah, Irène Carpentier, David Gœury, Clément Steuer
  • Crises et élites, Crises d’élites – Elites économiques et pouvoir politique 
    Résumé : Les soulèvements qui ont secoué la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient depuis 2010 portent des revendications de justice sociale et de participation ainsi qu’un rejet des anciennes élites associées à la corruption et à l’autoritarisme. Mais, comme le souligne Louër (2013), peu d’études se sont intéressées à ce qui se passe, « en haut », au niveau des coalitions autoritaires puisque la grande partie des travaux se sont focalisés sur la dynamique des mouvements sociaux « d’en bas ». Il est donc important de comprendre quels sont les rapports entre les structurations élitaires de ces sociétés et les mutations qu’elles traversent. Comment les élites économiques se comportent-elles en situation de crises politiques ? De quelle manière s’adaptent-elles au changement ? À partir de l’étude des pays d’Amérique Latine, d’Asie et du Moyen-Orient, le comportement « contingent » (O’Donnell, 1992) des élites économiques face à la démocratisation est expliqué par leur dépendance à l’égard de l’Etat et leur désir de préserver leurs intérêts matériels (Bellin, 2000). Contrairement aux autres élites économiques, celles de la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient auraient comme spécificité d’être fondamentalement favorable à l’autoritarisme (Greenwood, 2008). Des recherches récentes, mobilisent, quant à elles, le concept de « crony capitalism » pour comprendre les ressorts de la captation des ressources publiques et de la réglementation à des fins privés (Chekir et Diwan 2015 ; Rijkers et al. 2014). Ce panel ouvre une nouvelle piste pour discuter les rapports entre élites économiques et pouvoir politique à partir de l’analyse des pratiques et des engagements concrets de celles-ci au moment et après des soulèvements populaires. Nous mobilisons la sociologie des crises politiques de Michel Dobry qui définit ces situations, en continuité avec les périodes d’activité sociale routinière, comme des moments de désectorisation du monde social (Dobry, 1986). Nous interrogeons cette question selon trois axes : 1) Les légitimités en crise : Quels sont les rapports entre les crises que traversent les pays de la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient et les modalités de construction et de remise en question des légitimités des élites ? 2) La crise des rapports inter-élitaires : Quelles formes de fragmentation, de restructuration et de renouvellement des rapports constatons-nous, entre différents groupes d’élites ? 3) La diversité des stratégies de gestion des crises : Quels changements ces crises impliquent-elles sur les répertoires d’action, les positionnements et les pratiques des acteurs économiques ?
    Responsable de l’atelier : Dilek Yankaya (Maîtresse de conférences Sciences Po Aix, Cherpa)
    Intervenants : Tewfik Aclimandos, Houda Ben Hamouda, Feouzi El Masteri, Alia Gana, Mohamed Jeghllaly, Mohamed Oubenal, Dilek Yankaya
  • Les partis islamistes dans le jeu politique : la théorie de « l’inclusion modération » revisitée
    Résumé : Une majorité de chercheurs s’accordent aujourd’hui pour qualifier les partis islamistes intégrés au jeu politique de « modérés » et de « pragmatiques ». La théorie de « l’inclusion-modération » – selon laquelle la participation aux élections des partis conduit à leur modération, tandis que leur exclusion conduit à leur radicalisation – est objet de vifs débats dans le champ académique anglo-saxon, débats trop souvent ignorés dans la littérature francophone. Cette théorie mérite toute notre attention pour plusieurs raisons : elle constitue aujourd’hui la principale grille d’analyse de l’intégration des partis islamistes au jeu politique institué ; elle mêle – sans toujours suffisamment de précautions – catégorie académique et catégorie politique mobilisée par les acteurs étudiés ; elle pointe un certain nombre de problèmes méthodologiques centraux ; elle laisse néanmoins de côté des aspects pourtant fondamentaux à la compréhension du phénomène. Ce panel propose d’en discuter les aspects théoriques, méthodologiques et empiriques. Pour ce faire, deux directions sont privilégiées : d’une part, une présentation critique de la littérature ; d’autre part, une présentation de diverses études de cas à partir d’une perspective inductive et relationnelle dépassant une analyse fondée essentiellement sur l’idéologie. Les enjeux épistémologiques de la qualification d’un parti ; l’articulation des différentes échelles d’observation ; les modalités d’interpénétration des sphères religieuse et politique ; l’action publique et les réseaux de mobilisation constituent quelques unes des dimensions abordées dans les contributions de ce panel.
    Responsables de l’atelier : Myriam Aït-Aoudi (Science Po Bordeaux, Centre Emile Durkheim) et Alia Gana (Principal Investigator de l’ERC TARICA, LADYSS)
    Intervenants : Théo Blanc, Belkacem Benzenine, Alia Gana, Haoues Seniguer, Ester Sigillo, Clément Steuer, Hassan Zouaoui

Le Congrès du GIS MOMM se tient à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est possible d’assister à un atelier en s’inscrivant à cette adresse.