Archives mensuelles : mai 2019

Hassan Zouaoui

Hassan Zouaoui est docteur en sciences politiques de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne et professeur habilité en droit public à l’Université Ibn Zohr, Agadir (Maroc). Ses recherches ont pour thème le changement institutionnel et la transition politique au Maroc et la question démocratique dans le Monde arabe. Au sein de l’axe 1 du projet TARICA, ses travaux portent sur les reconfigurations du champ partisan au Maroc et l’intégration au jeu politique du parti islamiste PJD  (Parti de la justice et du développement).

Parmi ses publications récentes figurent :

  • Yankaya, Dilek, Clément Steuer, Hassan Zouaoui, « Nommer l’islam politique. Répertoire lexical d’un réformisme et ses réappropriations locales dans les noms de partis islamistes », La revue Mots. Les langages politiques (A paraître en juillet 2019).
  • Hassan Zouaoui, «Le printemps arabe et la spécificité de la transition politico-institutionnelle au Maroc », in Elections et transition démocratique. Approches comparées, ouvrage collectif publié par Le Centre Arabe des Recherches et de l’Etude des Politiques (CAREP), Tunis, avril 2019.
  • Hassan Zouaoui, « Le terrorisme et l’impératif sécuritaire dans les démocraties occidentales », dans la revue Dialogue (Rabat), numéro 5/2018.
  • Ahmed Joumani et Hassan Zouaoui, « Les élections législatives 2016 dans les provinces du sud : analyse des résultats », la revue Politiques Publiques (Rabat), numéro 25/octobre 2018.
  • Hassan Zouaoui, «La transition marocaine et l’usage royal de la rhétorique démocratique » dans From Democratic Transition to Democracy Learning Towards a Paradigmatic Turn in Democratization Studies, Edited by Mohamed El Hachimi. Publié par Konrad-Adenauer-Stiftung e.V. 2018.
  • Hassan Zouaoui, « La conversion du régime politique marocain à la démocratie électorale », in, Le processus démocratique au Maroc, sous la direction de Bachir Motaki, Editions CEMARSEP, Marrakech, novembre 2017.
  • Hassan Zouaoui, « Changement politico-constitutionnel et problématique de transition démocratique au Maroc » (en arabe), Revue Dialogues (Rabat), double numéro 2 et 3, 2017.

Amandine Cormier

Amandine Cormier est doctorante en géographie au sein de l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I), rattachée au Laboratoire LADYSS (UMR 7533) et au projet TARICA. Elle est titulaire d’un master en géographie de l’université Sorbonne-Université mention « Mondialisation, développement et dynamiques spatiales dans les pays du Sud ».

Ses recherches s’insèrent particulièrement dans l’axe 3 « Modèles de développement, gouvernance et justice sociale ». Sa recherche doctorale porte sur les activités génératrices de revenus à destination des femmes rurales au Maroc et en Tunisie dans une perspective comparée ; et questionne la diffusion et l’appropriation de discours et de modèles de développement souvent jugés alternatifs (ESS, commerce équitable, micro-entreprise, …) mis en place afin de promouvoir socioéconomiquement les femmes et de réduire la pauvreté. 

Emna Khémiri

Emna Khémiri est doctorante en géographie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne,
rattachée au laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS – UMR 7533). Elle est ingénieure agronome-paysagiste l’ISA-CM (Université de Sousse) et titulaire d’un master de l’ENSP Versailles/Université Paris 1 Sorbonne/AgroParisTech.

Ses recherches s’intéressent à l’analyse des effets des politiques agricoles et des modèles de gouvernance des ressources naturelles sur la différenciation socio-spatiale de l’activité
agricole, la transformation des territoires ruraux et des paysages agricoles en Tunisie.

Son implication dans le projet TARICA s’inscrit dans le cadre de l’axe 3 consacré aux modèles de développement, de gouvernance et de justice spatiale.

Parmi ses publications récentes figurent :

2019 (à paraître), Gana A. et Khémiri E., 2019, « La gestion de l’eau en Tunisie : un modèle
générateur d’inégalités socio-territoriales » In A.Gana, M.Berger et J-L Chaléard (dirs.), «
Crise des modèles? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-
campagnes », Grafigéo.

Irène Carpentier

Irène Carpentier est chercheuse post-doctorante au sein de l’ERC TARICA, et rattachée au laboratoire Ladyss-Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Elle est titulaire d’un doctorat en géographie de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, mené au sein du laboratoire LADYSS et de l’IRMC (Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain). Sa thèse a porté sur les nouvelles formes de valorisation des territoires oasiens dans le sud tunisien, et a proposé une réflexion sur la mise en question des modèles de développement agricoles et de gestion des ressources naturelles dans le contexte post-2011.

Son expérience de recherche associe des travaux sur les dynamiques des territoires agricoles et ruraux en Tunisie et au Maroc, au sein de programmes internationaux (ANR ALMIRA, ZERKA-ENVIMED), et des travaux en analyse électorale, dans le cadre du projet PROCELEC, puis de TARICA.

Au sein de l’ERC TARICA, ses recherches s’inscrivent dans l’axe 3 « Modèles de développement, de gouvernance et de justice sociale » et portent sur l’articulation des modèles de développement agricoles dans une perspective comparée Tunisie-Maroc. Elle contribue également à l’axe 1 « Recompositions et formes de régulation politique » pour ce qui concerne les analyses électorales. 

Ses publications les plus récentes sont : 

2019 (à paraître), Carpentier I.,  « Innover pour dominer ? Patrimonialisation, durabilité, et reconfigurations sociales des territoires oasiens du sud tunisien », in A. Gana, M. Berger, JL. Chaléard (dirs.), « Crise des modèles? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes », Grafigéo, 

2019, Carpentier I.,  « Agricultures familiales et nouvelles dynamiques de valorisation dans les oasis anciennes de Tozeur et Gabès (Tunisie) : recompositions socio-territoriales et perspectives de développement », in A. Gana, E. Mesclier, N. Rebaï (Dirs), « Agricultures familiales et territoires dans les Suds », IRMC/Karthala, 336 p.   

2017, Carpentier I.,  Diversité des dynamiques locales dans les oasis du sud de la Tunisie, Cahiers Agricultures, 26, 3, 32001,

2017 Carpentier I., Gana A., . “Changing agricultural practices in the oases of southern Tunisia: conflict and competition for resources in post-revolutionary and globalization context”, in Lavie E., Marshall A. (Eds), Oases in globalization. Ruptures and continuities, Springer, 153-176, DOI: 10.1007/978-3-319-50749-1_9

2016, Carpentier I.,  « L’observatoire localisé de Gabès : les ressorts d’une victoire éclatante du parti Ennahdha ». A. Gana ; G. Van Hamme. Élections et territoires en Tunisie, enseignements des scrutins post-révolutions (2011-2014), IRMC-Karthala, 2016. 

Clément Steuer

Clément Steuer est docteur en science politique, ancien directeur du pôle “Gouvernance et politiques publiques” du CEDEJ. A été chercheur à l’Institut oriental de l’Académie tchèque des sciences (2013-2018). Travaille actuellement à plein temps pour le projet TARICA, affecté au laboratoire LADYSS (7533) par le CNRS.
Il a publié sur les partis et le système partisan en Égypte, ainsi que sur les mouvements sociaux et les réformes de la gouvernance dans ce pays.
Il étudie actuellement les systèmes partisans d’Afrique du Nord dans une perspective comparée.

Parmi ses publications récentes figurent :

  • 2019. “Qu’est-ce qu’un parti fondé sur une base religieuse ? Interprétations concurrentes d’une catégorie juridique dans le contexte politique égyptien”, Social Compass, vol. 66, iss. 3, à paraître en septembre 2019.
  • 2018. “The Modularity of the ‘Revolutionary’ Repertoire of Action in Egypt: Origins and Appropriation by Different Players”, Social Movement Studies, vol. 17, iss. 1, pp. 113-118
  • 2018. Avec Patrice Bigombé Logo, « La gouvernance de la diversité en Égypte », Maghreb-Machrek, n° 236, pp. 55-71
  • 2018. “The Role of the Intellectuals and Political Process of the Wasatiyya Current in pre-2011 Egypt”, Archiv Orientální, vol. 85, iss. 3, pp. 389-407
  • 2017. (dir.), « L’État égyptien en quête de stabilité », Égypte/Monde arabe, 3e série, n° 16

Anca Munteanu

Anca Munteanu est chercheuse post-doctorante au sein de l’ERC TARICA rattachée au laboratoire Ladyss-Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Elle est titulaire d’un doctorat obtenu en 2019 à l’Ecole doctorale de sciences juridiques de l’Université de Grenoble en cotutelle avec l’Ecole doctorale de sciences politiques de l’Université de Bucarest. Sa thèse a été consacrée à l’étude de l’idéologie et du rapport au pouvoir du parti islamiste Ennahdha depuis la fin des années 1960 jusqu’en 2018. Elle analyse la structure et le fonctionnement du parti Ennahdha, y compris la sélection de ses dirigeants ainsi que ses stratégies d’intégration au jeu politique.

Sa recherche doctorale adopte également une perspective comparée entre le parti Ennahdha et le parti islamiste PJD au Maroc. Au sein de l’ERC TARICA, ses recherches s’inscrivent dans l’Axe 1 « Recompositions et formes de régulation politique » et portent sur les processus de fragmentation au sein des partis Ennahdha (Tunisie) et PJD (Maroc), ainsi que sur les stratégies de pluralisation de l’islam politique.

Parmi ses publications récentes figurent : 

Munteanu Anca, Introduction à la terminologie arabo-musulmane, Sayah, Jamil (ed.), Frontières et mobilité, L’Harmattan, 2016, p 189-206.

Munteanu Anca, « Le début de l’islamisme. Étude de cas: Le Parti Justice et Développement (PJD) du Maroc », La Revue scientifique de l’École doctorale en Sciences sociales :Tineri Cercetători: Abordări Multidisciplinare, Université de Bucarest,  Vol II, ISSN 2360-2449, 2014.