Archives mensuelles : mars 2017

Alia Gana

Alia GANA, directrice de recherche au CNRS, actuellement en affectation à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC, Tunis), est docteur en économie de l’Université Paris10 et PhD en sociologie de l’Université de Cornell (USA), membre du LADYSS (UMR 7533) et de l’école doctorale Espaces et Sociétés (ED434) de l’Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne. Ses recherches explorent les liens entre développement, territoires et démocratie, à la lumière des bouleversements politiques en Afrique du Nord, et à travers diverses entrées thématiques : les conflits et les mobilisations collectives pour l’accès aux ressources et au cadre de vie ; la gouvernance des biens communs et des territoires ; le rapport au politique et les comportements électoraux. Son parcours professionnel l’a amenée à travailler dans des institutions d’enseignement et de recherche, en Tunisie, en France et aux Etats-Unis, où elle a été visiting professor, notamment à l’Université de Cornell. Elle a enseigné au département de sociologie de l’Université Paris 10 Nanterre et aux départements de géographie de l’Université Paris 1 et de l’Université Paris 7 et a coordonné plusieurs projets de recherche internationaux, dont le projet Processus électoraux et territoires en Afrique du Nord (PROCELEC). Elle est membre du conseil scientifique de la MSH SUD, du Labex Dynamite et de la fédération de recherche Collège internationale des sciences du territoire (CIST). Elle est lauréate du programme 2015 « Advanced Grants » du Conseil européen de la recherche (projet TARICA).

Parmi ses publications récentes figurent :

Turki S. et A. Gana, 2017, « Les territoires ruraux en Tunisie à l’épreuve de la communalisation : entre complexité de la réforme et enjeux politiques », Maghreb-Machrek, 2015/4 (N° 226), 53-71.

Gana A. et G. Van Hamme (Dir), 2016. Processus électoraux et territoires en Tunisie. Les enseignements des scrutins post-révolution, Karthala, Paris, 235p.

Gana A., 2016, « Rural and farmers’ protest movements in Tunisia and Egypt in the era of Arab revolts », Migration and Agriculture. Mobility and change in the Mediterranean area, ed. A. Corrado, C. De Castro, and D. Perrotta, Londres, Routledge.

Gana A. et Y. Richard (dir.), 2014. La régionalisation du monde : construction territoriale et articulation global/local, IRMC-Karthala, Paris, 276 p.

Gana A. et T. Abdelhakim T.  2013. Les agricultures du Maghreb-Machrek à l’épreuve de la crise alimentaire et des révolutions arabes, Maghreb-Machrek, ed ESKA, n°215.

TARICA

 CHANGEMENTS POLITIQUES ET SOCIO-INSTITUTIONNELS DANS LE NORD DE L’AFRIQUE : CONCURRENCES DES MODELES ET DIVERSITE DES TRAJECTOIRES

(ERC ADVANCED GRANT-TARICA)

Coordination scientifique : Alia Gana, CNRS, IMRC, Tunis, UMR LADYSS, Paris

Durée : Janvier 2017-Décembre 2020

 

Argumentaire

Les révoltes populaires qui ont embrasé plusieurs pays du Nord de l’Afrique et les changements sociopolitiques qui les ont suivis ont diversement été interprétées par les analystes. Plusieurs auteurs y ont vu le signe de l’avancée inexorable et triomphante du modèle de la démocratie libérale forgé en Occident (Fukuyama, 1992[1] ). D’autres interprétations placent au centre de l’analyse des ressorts de ces révoltes les transformations culturelles, les processus d’individuation et une rupture avec l’ordre patriarcal et le communautarisme confessionnel, autrement dit la diffusion des idées de la modernité (Bennani-Chraibi et Fillieule, 2012[2]). Selon d’autres analyses ces soulèvements seraient, au contraire, l’une des facettes les plus effectives et radicales d’une « révolution globale » contre le système économique mondialisé, le produit de l’exacerbation d’un sentiment d’injustice et du rejet de l’exclusion (Agathangelou et Soguk, 2011[3]). Pour d’autres encore, les soulèvements « arabes » et les bouleversements politiques qu’ils ont déclenchés, en particulier l’arrivée au pouvoir des partis islamistes, grâce à des élections libres et pluralistes (en Tunisie, en Egypte et au Maroc), devraient être interprétés comme une réactivation du modèle de la Nahdha (renaissance islamique), prônant un retour à l’islam et, en même temps, la modernité et la démocratie (Burgat, 2006[4]).

Un trait commun à ces diverses interprétations est qu’elles s’inscrivent dans une approche en termes de diffusion et de circulation de modèles, qu’il s’agisse de modèles d’organisation politique, de modèles de sociétés, de régulation sociale ou de développement.

Si les schémas diffusionnistes, quels qu’ils soient, mettent à mal la thèse de l’exceptionnalisme arabe (Courbage et Todd, 2007[5]), ils tendent cependant à nier la spécificité des processus à l’origine des mouvements de révolte et la complexité (le caractère contradictoire) des dynamiques de transformations à l’œuvre dans les pays concernés (Anderson, 2011[6]). Ces schémas tendent également à négliger les différentes façons dont les acteurs de ces pays négocient leur rapport à l’environnement mondial, manipulent et redéfinissent les modèles et les normes du libéralisme économique et politique forgé en Occident. Ces révoltes arabes et leur suite sont-elles donc le signe d’une normalisation ou au contraire celui de son rejet, de l’émergence d’un modèle alternatif au modèle libéral, ou encore d’un processus d’hybridation des modèles ?

Cinq ans après la révolution tunisienne de janvier 2011, force est de constater que le paysage géopolitique de l’Afrique du Nord (du Maroc à l’Egypte), tel qu’il se présente aujourd’hui, montre des configurations très différentes. La vague de protestations et de révoltes qui a secoué la région a produit des effets qui sont spécifiques à chaque Etat et à chaque société et a généré des choix différenciés: un changement politique « négocié » (Maroc), un dialogue national et des processus électoraux réussis (Tunisie), une stratégie d’endiguement et d’achat de la paix sociale en Algérie, un retour brutal au pouvoir de l’autorité militaire (Egypte) et une guerre civile (Libye). Ces différentes situations renvoient en fait à la mobilisation d’acteurs politiques et sociaux, dont les ressources, les logiques d’action et les intérêts sont très différents.

Aborder les dynamiques sociopolitiques à l’œuvre dans les pays du « Printemps arabe » à travers la question de la circulation des modèles peut cependant se révéler fructueux, si ces modèles sont analysés non pas comme des artefacts clos mais comme des logiques d’action et des grilles de lecture mobilisées, manipulées et appropriés par les différents acteurs : populations et institutions, organisations de la société civile et puissance étatique.

Objectifs et axes de recherche

 Dans ce contexte le projet TARICA a pour objectif d’analyser les transformations à l’œuvre dans cinq pays d’Afrique du Nord sous l’angle de la confrontation de divers modèles politiques, sociétaux et économiques, ainsi que comme produit de l’appropriation et de la réinterprétation qu’en font les divers acteurs. Il s’agit de saisir la manière dont différents acteurs publics, privés et associatifs se positionnent dans les espaces ouverts par l’effondrement ou la remise en cause des systèmes politiques autoritaires et d’analyser leurs stratégies en lien avec les modèles de référence et les registres normatifs qui inspirent leurs actions. Il s’agit notamment de cerner les facteurs et les processus qui rendent possible (ou qui empêchent), en fonction des contextes et des configurations nationales, la mise en place d’institutions ou de dispositifs mieux à même de gérer la diversité sociale, le pluralisme et les conflits d’intérêts qui opposent les divers groupes et d’éviter les phénomènes de restauration autoritaire, comme en Egypte, ou la guerre civile et l’explosion du territoire, comme en Libye.

A travers une approche centrée sur les acteurs, nous cherchons à mettre en évidence les processus complexes qui contribuent à la diversité des trajectoires suivies par les cinq pays d’Afrique du Nord directement ou indirectement touchés par les «révoltes arabes», à savoir la Tunisie, l’Egypte, le Maroc, l’Algérie et Libye, chacun de ces pays représentant un cas d’étude, voire un « modèle » à part entière.

Nous proposons d’étudier ces processus à travers trois entrées thématiques complémentaires :

(i) la reconfiguration de l’espace politique et l’évolution des formes de régulation politique. Il s’agit ici d’analyser le processus de restructuration de l’espace politique après les révoltes arabes, tel qu’il s’exprime dans l’émergence, la réactivation ou l’exacerbation des différents types de conflits (conflits idéologiques , conflits entre les élites politiques, conflits sociaux, les conflits d’ intérêts, conflits de mémoires, etc.), ainsi que dans l’évolution des formes de régulation politique (recherche de compromis, arrangements institutionnels, institutionnalisation du pluralisme ou usage de la violence). Ces questions seront explorées à travers deux principales sous-thématiques : l’apprentissages des rôles politiques, y compris du vote, et les réformes du secteur médiatique.

(ii) le traitement des passés et les modèles de justice transitionnelle. Nous cherchons ici à comprendre comment les acteurs politiques et sociaux se situent par rapport à un modèle de justice transitionnelle considéré comme un instrument par excellence de remémoration de la répression permettant d’éviter la répétition des abus de « l’ancien régime » et de réparer les erreurs du passé. L’objectif est à la fois de cerner les usages que font différents acteurs sociaux de la justice transitionnelle et d’évaluer dans quelle mesure les promoteurs de la justice transitionnelle, en particulier les commissions « vérité » inspirées du modèle sud- africain, remplissent leur fonction de réconcilier victimes et bourreaux et contribuent à la construction d’une mémoire nationale partagée par tous.

(iii) les modèles de développement et de justice sociale. Les « printemps arabes » ont mis en lumière l’ampleur des fractures sociales et territoriales qui caractérisent les pays de la région. Dans ce contexte, nous proposons d’explorer les liens entre les modèles de développement, la gouvernance et la justice sociale, tels qu’ils s’expriment dans les discours et les pratiques des différents acteurs. Cette question sera examinée à travers les sous-thèmes suivants : ( a) le sentiment d’injustice et la relation à l’Etat; (b) les mobilisations de la jeunesse et des populations marginalisées pour l’accès à l’emploi et aux ressources; (c) les modalités d’inscription des demandes de justice sociale et territoriale dans le débat politique et dans les politiques publiques (décentralisation , développement local, politique de l’emploi); (d) les initiatives et les projets de la société civile inspirés par les modèles de la démocratie locale et du développement territorial.

Approche analytique et méthodologique

L’originalité du projet réside dans le cadre d’analyse et l’approche méthodologique adoptée pour cerner les processus complexes qui façonnent la diversité des trajectoires nationales en Afrique du Nord, à savoir :

(1) l’intégration des dimensions politiques, sociales, institutionnelles et celles liées au développement,

(2) la combinaison de plusieurs niveaux d’analyse micro, méso et macro,

(3) l’articulation de deux types de temporalités (celle liée à la dynamique actuelle du changement et celle liée à la circulation des modèles enchâssés dans une histoire plus longue),

(4) la comparaison de différentes configurations politiques et sociales nationales, afin d’identifier les paramètres les plus intéressants qui déterminent les convergences ou les divergences dans les trajectoires des pays.

Ainsi, le projet mobilise une approche interdisciplinaire associant une variété de compétences et d’outils méthodologiques. L’équipe de « core-researchers » est composée de spécialistes en anthropologie, science politique, sociologie du développement, sociologie du droit, géographie, économie et histoire contemporaine. L’originalité de la méthodologie de recherche réside aussi dans la combinaison d’approches qualitatives et quantitatives.

Des enquêtes de terrain et des manifestations scientifiques seront organisées dans les cinq pays d’étude : Egypte, Tunisie, Algérie et Maroc. Sur la Libye, la démarche repose sur la mobilisation de spécialistes basés notamment en Tunisie et disposant d’informateurs en Libye.

———————————–

[1] Fukuyama F., La Fin de l’histoire et le Dernier Homme, Paris, Flammarion, coll. Histoire, 1992, 452 p.

[2] Bennani-Chraïbi M., Fillieule Olivier, “Pour une sociologie des situations révolutionnaires”, Revue française de science politique 5/2012, (Vol. 62), p. 767-796.

[3] Agathangelou A. and Soguk N. (eds, ) Arab Revolutions and World Transformations, Abingdon: Routledge, 2013. 152pp

[4] Burgat, F. (2006), “Les mobilisations politiques à référent islamique, La politique dans le monde arabe”, E. Picard (dir), Colin, p. 79-100.

[5] Youssef Courbage, Emmanuel Todd, Le rendez-vous des civilisations, Seuil, coll. « La république des idées », 2007, 159 p.

[6] Anderson L., « Demystifying the Arab spring: parsing the differences between Tunisia, Egypt, and Libya », Foreign Affairs, vol 90, n°3, 2-7.