Archives de catégorie : Billets

Adrien Doron

Adrien Doron est chercheur post-doctorant CNRS au sein de l’ERC TARICA, rattaché à l’UMR 7533 LADYSS.
Il est titulaire d’un doctorat de géographie de l’université de Toulouse mené au sein du laboratoire LISST-CIEU (UMR 5193) et du LabEx Structuration des Mondes Sociaux (SMS). Il a également été ATER à l’Université Toulouse Jean Jaurès et enseignant du second degré.
Sa thèse a porté sur la structuration de routes marchandes mondialisées en Tunisie, à partir de l’étude des approvisionnements des marchés du commerce dit « parallèle ». Il a proposé une analyse des recompositions à l’œuvre depuis 2011 permettant de mettre en lumière les stratégies de contournement et la labilité des itinéraires empruntés.
Son expérience de recherche, y compris dans le cadre de programmes internationaux (ANR Migreli, PHC-Maghreb), associe l’analyse de formes non hégémoniques de la mondialisation à travers une géographie sociale, politique et économique des réseaux informels, et une analyse des réseaux sociaux et spatiaux qui structurent les circulations marchandes et les contournements qu’elles empruntent.
Au sein de l’ERC TARICA, ses recherches s’inscrivent dans l’axe 3 « Modèles de développement, de gouvernance et de justice sociale » et portent sur l’articulation entre activités informelles et développement des territoires. Il s’agit également de questionner les modalités d’une intégration des activités informelles aux modèles de développement de manière comparée (Tunisie, Maroc, Algérie) à travers une analyse de la fabrique de politiques publiques concernant les activités informelles dans les quartiers marchands urbains et dans les espaces d’échanges transfrontaliers.

Parmi ses publications figurent :

Doron A., 2017, « Devenir importateur transnational en Tunisie : articulations entre mobilités et relations sociales.. », Espace, populations, sociétés, [En ligne], 2017-2 | 2017

Doron A., 2017, « Les souks Libya : circulations migratoires et marchandes entre Sahel et Méditerranée », in Choplin A., Pliez O., Mareï N. (dirs.), L’Afrique du Sahel et du Sahara à la Méditerranée, Atlande.

Doron A., 2015, « de la marge au monde : la structuration mouvementée d’une place marchande transnationale à Ben Gardan (Tunisie) » , Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26



Haoues Seniguer

Haoues Seniguer est Maître de conférences en science politique à Sciences Po Lyon et chercheur au laboratoire Triangle, UMR 5206, basé à Lyon. Il dirige depuis 2015 le CODEMMO (Coopération et Développement au Maghreb et au Moyen Orient), diplôme d’établissement et de spécialité de 5ème année de Sciences Po Lyon. 
Il dirigera également à partir de septembre 2019 le diplôme d’établissement de Sciences Po Lyon, DEMAC (Diplôme d’Etudes sur le Monde Arabe Contemporain). 
Il a cofondé en 2016, avec le professeur Makram Abbès, un Master co-accrédité (Sciences Po Lyon et Ecole Normale Supérieure de Lyon) intitulé “Etudes Moyen-Orientales” (EMO).
A partir de janvier 2020, il co-dirigera avec Dominique Avon l’Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM). 
Il a été Professeur invité dans différentes universités (Istanbul, Londres, Montréal). 
Après des études en histoire de la philosophie et langages à l’Université de Grenoble 2, avec une spécialisation en philosophie médiévale arabe, il s’est tourné vers des études en science politique à Sciences Po Lyon/Université Lumière, Lyon 2, en réalisant une thèse de doctorat portant sur “La genèse et les reconfigurations de l’islamisme marocain: itinéraires d’activistes de la Jeunesse islamique au Parti de la Justice et du Développement/Mouvement Unicité et Réforme (1969-2008) soutenue en décembre 2012.
Depuis 2012, conjointement à la poursuite de ses recherches et travaux sur la question de l’islamisme en contexte majoritairement musulman et plus précisément au Maroc, Haoues Seniguer s’intéresse désormais plus largement aux modalités de politisation de l’islam en contexte où cette religion est à la fois minoritaire (France) et majoritaire.

Parmi ses dernières publications :

  • Alexandre Jérôme, Corcuff Philippe, Seniguer Haoues et Sorente Isabelle, Spiritualités et engagements dans la cité : dialogue entre un musulman critique, un agnostique anarchiste, un catholique libertaire et une romancière, Lormont, le bord de l’eau, Documents,2018, 108 p.
  • Seniguer Haoues (dir.), [coord. n° de revue] – République et islam : défis croisés, l’Harmattan, Confluences Méditerranée,2018, nᵒ 106, 225 p.
  • Seniguer Haoues, « Penser le fait islamique en France en périodes troublées », Confluences Méditerranée, 2018, nᵒ 106, p. 21-33.
  • Seniguer Haoues, « The islamists of Morocco’s Party of Justice and Development and the foreign policy problem: between structural constraints and economic imperatives », in Mohamed-Ali Adraoui (dir.), The foreign policy of islamist political parties: ideology in Practice, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2018, p. 20-46.
  • Seniguer Haoues, « Le religieux dans et par-delà les manuels scolaires d’histoire au Maroc : la prédominance d’une conception intégrale de l’islam », in Dominique Avon, Isabelle Saint-Martin et John Tolan (dir.), Faits religieux et manuels d’histoire : contenus –institutions – pratiques : approches comparées à l’échelle internationale, Nancy, Arbre bleu éditions, 2018, p. 289-307.
  • Seniguer Haoues et Bistolfi Robert, « Les musulmans dans la République : des enjeux majeurs de société », Confluences Méditerranée, 2018, nᵒ 106, p. 9-20.
  • Chaambi Abdelaziz, « Entretien avec Abdelaziz Chaambi »,  entretien réalisé par Haoues Seniguer, Confluences Méditerranée, n°106, 2018.
  • Seniguer Haoues, « La question religieuse au Moyen-Orient depuis 1918 », in Jean-Pierre Chantin et Philippe Martin (dir.), Religions : les clés pour comprendre, les clés pour enseigner, Paris, CNRS éditions, 2018, p. 287-308.
  • Seniguer Haoues, « La galaxie néo-salafiste quiétiste: un apolitisme en trompe l’oeil? », in Ali Mostfa et Michel Younès (dir.), L’islam au pluriel : foi, pensée et société, Paris, l’Harmattan, 2018, p. 61-83.

Ateliers du 3ème Congrès des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans

Ateliers dans le cadre du Congrès organisé par Groupement d’Intérêt Scientifique du 3 au 5 juillet à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Dans le cadre du 3ème Congrès des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans du 3 au 5 juillet, des membres de l’équipe TARICA ainsi que des partenaires du projet organisent 4 ateliers.

Les ateliers présentés par les membres de l’équipe TARICA sont les suivants :

  • Fractures territoriales et remises en cause des modèles de développement en Afrique du Nord 
    Résumé : La révolution tunisienne a fait l’objet de lectures en termes de « disparités régionales » et de « fractures territoriales » qui ont contribué à un regain d’intérêt pour la dimension spatiale des phénomènes sociaux. En effet, les foyers des contestations étaient situés dans les régions de l’intérieur défavorisées, et certaines analyses ont mis en cause un modèle de développement métropolitain et extraverti, source d’inégalités et suscitant des contestations. Il faudrait néanmoins se garder de lectures trop mécanistes. Les inégalités, comme les relations de domination et d’exploitation doivent être appréhendées à des échelles multiples et articulées les unes aux autres. En outre, il importe de prendre en compte la pluralité des dynamiques historiques, sociales, politiques à l’œuvre dans les territoires. Les acteurs locaux, loin d’être cantonnés à la passivité, s’impliquent dans différentes formes d’arrangement, de résistance et d’innovation, en se référant à des modèles qu’ils contestent ou dont ils font la promotion. Cet atelier réunira des propositions qui analysent des protestations, des mobilisations et des initiatives qui soulèvent les questions des fractures territoriales et des impasses des politiques de développement dans ces territoires, et ouvrent de nouvelles perspectives. Notre point de départ est la Tunisie, mais les contributions s’ouvrent à l’ensemble de l’Afrique du Nord.
    Responsables de l’atelier : Irène Carpentier (post-doctorante ERC TARICA, LADYSS) et Diane Robert (doctorante ERC TARICA, LADYSS)
    Intervenants : Delphine Acloque, Julien Dutour, Sofia El Arabi, Emna Khemiri
  • Décentralisation et réforme de la gouvernance locale en Afrique du Nord 
    Résumé : Les Printemps arabes – et les développements subséquents – ont révélé la remise en cause de la légitimité de la gouvernance centralisée des territoires, notamment par les populations des régions défavorisées qui se considèrent victimes de l’État central et de ses politiques de développement. Dans ce contexte en pleine mutation, la décentralisation et les réformes territoriales et institutionnelles engagées par les pays d’Afrique du Nord sont soumises à une double pression s’exerçant sur ces États traditionnellement centralisés : celle des bailleurs de fonds internationaux exigeant la mise en œuvre de leurs recettes de « bonne gouvernance », et celle d’une société civile en plein essor, dont une partie des énergies cherche à s’investir dans la participation aux affaires locales. La décentralisation est, en effet, une interface entre des enjeux politiques (élections) et des enjeux de développement. Elle doit concilier plusieurs exigences souvent contradictoires : poursuivre le désengagement de l’État au profit de la société civile et du secteur économique ; rapprocher l’administration des populations ; corriger les déséquilibres territoriaux ; améliorer l’efficacité de l’action publique. L’objectif de ce panel est de rendre compte des divers modèles et modes de légitimation mobilisés par différents acteurs pour tenter d’infléchir dans le sens de leurs intérêts la réforme en cours de la gouvernance locale au Maroc, en Tunisie et en Égypte.
    Responsables de l’atelier : Clément Steuer (post-doctorant ERC TARICA, LADYSS) et Maher Ben Rebah (post-doctorant ERC TARICA, LADYSS)
    Intervenants : Maher Ben Rebah, Irène Carpentier, David Gœury, Clément Steuer
  • Crises et élites, Crises d’élites – Elites économiques et pouvoir politique 
    Résumé : Les soulèvements qui ont secoué la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient depuis 2010 portent des revendications de justice sociale et de participation ainsi qu’un rejet des anciennes élites associées à la corruption et à l’autoritarisme. Mais, comme le souligne Louër (2013), peu d’études se sont intéressées à ce qui se passe, « en haut », au niveau des coalitions autoritaires puisque la grande partie des travaux se sont focalisés sur la dynamique des mouvements sociaux « d’en bas ». Il est donc important de comprendre quels sont les rapports entre les structurations élitaires de ces sociétés et les mutations qu’elles traversent. Comment les élites économiques se comportent-elles en situation de crises politiques ? De quelle manière s’adaptent-elles au changement ? À partir de l’étude des pays d’Amérique Latine, d’Asie et du Moyen-Orient, le comportement « contingent » (O’Donnell, 1992) des élites économiques face à la démocratisation est expliqué par leur dépendance à l’égard de l’Etat et leur désir de préserver leurs intérêts matériels (Bellin, 2000). Contrairement aux autres élites économiques, celles de la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient auraient comme spécificité d’être fondamentalement favorable à l’autoritarisme (Greenwood, 2008). Des recherches récentes, mobilisent, quant à elles, le concept de « crony capitalism » pour comprendre les ressorts de la captation des ressources publiques et de la réglementation à des fins privés (Chekir et Diwan 2015 ; Rijkers et al. 2014). Ce panel ouvre une nouvelle piste pour discuter les rapports entre élites économiques et pouvoir politique à partir de l’analyse des pratiques et des engagements concrets de celles-ci au moment et après des soulèvements populaires. Nous mobilisons la sociologie des crises politiques de Michel Dobry qui définit ces situations, en continuité avec les périodes d’activité sociale routinière, comme des moments de désectorisation du monde social (Dobry, 1986). Nous interrogeons cette question selon trois axes : 1) Les légitimités en crise : Quels sont les rapports entre les crises que traversent les pays de la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient et les modalités de construction et de remise en question des légitimités des élites ? 2) La crise des rapports inter-élitaires : Quelles formes de fragmentation, de restructuration et de renouvellement des rapports constatons-nous, entre différents groupes d’élites ? 3) La diversité des stratégies de gestion des crises : Quels changements ces crises impliquent-elles sur les répertoires d’action, les positionnements et les pratiques des acteurs économiques ?
    Responsable de l’atelier : Dilek Yankaya (Maîtresse de conférences Sciences Po Aix, Cherpa)
    Intervenants : Tewfik Aclimandos, Houda Ben Hamouda, Feouzi El Masteri, Alia Gana, Mohamed Jeghllaly, Mohamed Oubenal, Dilek Yankaya
  • Les partis islamistes dans le jeu politique : la théorie de « l’inclusion modération » revisitée
    Résumé : Une majorité de chercheurs s’accordent aujourd’hui pour qualifier les partis islamistes intégrés au jeu politique de « modérés » et de « pragmatiques ». La théorie de « l’inclusion-modération » – selon laquelle la participation aux élections des partis conduit à leur modération, tandis que leur exclusion conduit à leur radicalisation – est objet de vifs débats dans le champ académique anglo-saxon, débats trop souvent ignorés dans la littérature francophone. Cette théorie mérite toute notre attention pour plusieurs raisons : elle constitue aujourd’hui la principale grille d’analyse de l’intégration des partis islamistes au jeu politique institué ; elle mêle – sans toujours suffisamment de précautions – catégorie académique et catégorie politique mobilisée par les acteurs étudiés ; elle pointe un certain nombre de problèmes méthodologiques centraux ; elle laisse néanmoins de côté des aspects pourtant fondamentaux à la compréhension du phénomène. Ce panel propose d’en discuter les aspects théoriques, méthodologiques et empiriques. Pour ce faire, deux directions sont privilégiées : d’une part, une présentation critique de la littérature ; d’autre part, une présentation de diverses études de cas à partir d’une perspective inductive et relationnelle dépassant une analyse fondée essentiellement sur l’idéologie. Les enjeux épistémologiques de la qualification d’un parti ; l’articulation des différentes échelles d’observation ; les modalités d’interpénétration des sphères religieuse et politique ; l’action publique et les réseaux de mobilisation constituent quelques unes des dimensions abordées dans les contributions de ce panel.
    Responsables de l’atelier : Myriam Aït-Aoudi (Science Po Bordeaux, Centre Emile Durkheim) et Alia Gana (Principal Investigator de l’ERC TARICA, LADYSS)
    Intervenants : Théo Blanc, Belkacem Benzenine, Alia Gana, Haoues Seniguer, Ester Sigillo, Clément Steuer, Hassan Zouaoui

Le Congrès du GIS MOMM se tient à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est possible d’assister à un atelier en s’inscrivant à cette adresse.

TARICA

 CHANGEMENTS POLITIQUES ET SOCIO-INSTITUTIONNELS DANS LE NORD DE L’AFRIQUE : CONCURRENCES DES MODELES ET DIVERSITE DES TRAJECTOIRES

(ERC ADVANCED GRANT-TARICA)

Coordination scientifique : Alia Gana, CNRS, IMRC, Tunis, UMR LADYSS, Paris

Durée : Janvier 2017-Décembre 2020

 

Argumentaire

Les révoltes populaires qui ont embrasé plusieurs pays du Nord de l’Afrique et les changements sociopolitiques qui les ont suivis ont diversement été interprétées par les analystes. Plusieurs auteurs y ont vu le signe de l’avancée inexorable et triomphante du modèle de la démocratie libérale forgé en Occident (Fukuyama, 1992[1] ). D’autres interprétations placent au centre de l’analyse des ressorts de ces révoltes les transformations culturelles, les processus d’individuation et une rupture avec l’ordre patriarcal et le communautarisme confessionnel, autrement dit la diffusion des idées de la modernité (Bennani-Chraibi et Fillieule, 2012[2]). Selon d’autres analyses ces soulèvements seraient, au contraire, l’une des facettes les plus effectives et radicales d’une « révolution globale » contre le système économique mondialisé, le produit de l’exacerbation d’un sentiment d’injustice et du rejet de l’exclusion (Agathangelou et Soguk, 2011[3]). Pour d’autres encore, les soulèvements “arabes” et les bouleversements politiques qu’ils ont déclenchés, en particulier l’arrivée au pouvoir des partis islamistes, grâce à des élections libres et pluralistes (en Tunisie, en Egypte et au Maroc), devraient être interprétés comme une réactivation du modèle de la Nahdha (renaissance islamique), prônant un retour à l’islam et, en même temps, la modernité et la démocratie (Burgat, 2006[4]).

Un trait commun à ces diverses interprétations est qu’elles s’inscrivent dans une approche en termes de diffusion et de circulation de modèles, qu’il s’agisse de modèles d’organisation politique, de modèles de sociétés, de régulation sociale ou de développement.

Si les schémas diffusionnistes, quels qu’ils soient, mettent à mal la thèse de l’exceptionnalisme arabe (Courbage et Todd, 2007[5]), ils tendent cependant à nier la spécificité des processus à l’origine des mouvements de révolte et la complexité (le caractère contradictoire) des dynamiques de transformations à l’œuvre dans les pays concernés (Anderson, 2011[6]). Ces schémas tendent également à négliger les différentes façons dont les acteurs de ces pays négocient leur rapport à l’environnement mondial, manipulent et redéfinissent les modèles et les normes du libéralisme économique et politique forgé en Occident. Ces révoltes arabes et leur suite sont-elles donc le signe d’une normalisation ou au contraire celui de son rejet, de l’émergence d’un modèle alternatif au modèle libéral, ou encore d’un processus d’hybridation des modèles ?

Cinq ans après la révolution tunisienne de janvier 2011, force est de constater que le paysage géopolitique de l’Afrique du Nord (du Maroc à l’Egypte), tel qu’il se présente aujourd’hui, montre des configurations très différentes. La vague de protestations et de révoltes qui a secoué la région a produit des effets qui sont spécifiques à chaque Etat et à chaque société et a généré des choix différenciés: un changement politique “négocié” (Maroc), un dialogue national et des processus électoraux réussis (Tunisie), une stratégie d’endiguement et d’achat de la paix sociale en Algérie, un retour brutal au pouvoir de l’autorité militaire (Egypte) et une guerre civile (Libye). Ces différentes situations renvoient en fait à la mobilisation d’acteurs politiques et sociaux, dont les ressources, les logiques d’action et les intérêts sont très différents.

Aborder les dynamiques sociopolitiques à l’œuvre dans les pays du « Printemps arabe » à travers la question de la circulation des modèles peut cependant se révéler fructueux, si ces modèles sont analysés non pas comme des artefacts clos mais comme des logiques d’action et des grilles de lecture mobilisées, manipulées et appropriés par les différents acteurs : populations et institutions, organisations de la société civile et puissance étatique.

Objectifs et axes de recherche

 Dans ce contexte le projet TARICA a pour objectif d’analyser les transformations à l’œuvre dans cinq pays d’Afrique du Nord sous l’angle de la confrontation de divers modèles politiques, sociétaux et économiques, ainsi que comme produit de l’appropriation et de la réinterprétation qu’en font les divers acteurs. Il s’agit de saisir la manière dont différents acteurs publics, privés et associatifs se positionnent dans les espaces ouverts par l’effondrement ou la remise en cause des systèmes politiques autoritaires et d’analyser leurs stratégies en lien avec les modèles de référence et les registres normatifs qui inspirent leurs actions. Il s’agit notamment de cerner les facteurs et les processus qui rendent possible (ou qui empêchent), en fonction des contextes et des configurations nationales, la mise en place d’institutions ou de dispositifs mieux à même de gérer la diversité sociale, le pluralisme et les conflits d’intérêts qui opposent les divers groupes et d’éviter les phénomènes de restauration autoritaire, comme en Egypte, ou la guerre civile et l’explosion du territoire, comme en Libye.

A travers une approche centrée sur les acteurs, nous cherchons à mettre en évidence les processus complexes qui contribuent à la diversité des trajectoires suivies par les cinq pays d’Afrique du Nord directement ou indirectement touchés par les «révoltes arabes», à savoir la Tunisie, l’Egypte, le Maroc, l’Algérie et Libye, chacun de ces pays représentant un cas d’étude, voire un « modèle » à part entière.

Nous proposons d’étudier ces processus à travers trois entrées thématiques complémentaires :

(i) la reconfiguration de l’espace politique et l’évolution des formes de régulation politique. Il s’agit ici d’analyser le processus de restructuration de l’espace politique après les révoltes arabes, tel qu’il s’exprime dans l’émergence, la réactivation ou l’exacerbation des différents types de conflits (conflits idéologiques , conflits entre les élites politiques, conflits sociaux, les conflits d’ intérêts, conflits de mémoires, etc.), ainsi que dans l’évolution des formes de régulation politique (recherche de compromis, arrangements institutionnels, institutionnalisation du pluralisme ou usage de la violence). Ces questions seront explorées à travers deux principales sous-thématiques : l’apprentissages des rôles politiques, y compris du vote, et les réformes du secteur médiatique.

(ii) le traitement des passés et les modèles de justice transitionnelle. Nous cherchons ici à comprendre comment les acteurs politiques et sociaux se situent par rapport à un modèle de justice transitionnelle considéré comme un instrument par excellence de remémoration de la répression permettant d’éviter la répétition des abus de « l’ancien régime » et de réparer les erreurs du passé. L’objectif est à la fois de cerner les usages que font différents acteurs sociaux de la justice transitionnelle et d’évaluer dans quelle mesure les promoteurs de la justice transitionnelle, en particulier les commissions « vérité » inspirées du modèle sud- africain, remplissent leur fonction de réconcilier victimes et bourreaux et contribuent à la construction d’une mémoire nationale partagée par tous.

(iii) les modèles de développement et de justice sociale. Les « printemps arabes » ont mis en lumière l’ampleur des fractures sociales et territoriales qui caractérisent les pays de la région. Dans ce contexte, nous proposons d’explorer les liens entre les modèles de développement, la gouvernance et la justice sociale, tels qu’ils s’expriment dans les discours et les pratiques des différents acteurs. Cette question sera examinée à travers les sous-thèmes suivants : ( a) le sentiment d’injustice et la relation à l’Etat; (b) les mobilisations de la jeunesse et des populations marginalisées pour l’accès à l’emploi et aux ressources; (c) les modalités d’inscription des demandes de justice sociale et territoriale dans le débat politique et dans les politiques publiques (décentralisation , développement local, politique de l’emploi); (d) les initiatives et les projets de la société civile inspirés par les modèles de la démocratie locale et du développement territorial.

Approche analytique et méthodologique

L’originalité du projet réside dans le cadre d’analyse et l’approche méthodologique adoptée pour cerner les processus complexes qui façonnent la diversité des trajectoires nationales en Afrique du Nord, à savoir :

(1) l’intégration des dimensions politiques, sociales, institutionnelles et celles liées au développement,

(2) la combinaison de plusieurs niveaux d’analyse micro, méso et macro,

(3) l’articulation de deux types de temporalités (celle liée à la dynamique actuelle du changement et celle liée à la circulation des modèles enchâssés dans une histoire plus longue),

(4) la comparaison de différentes configurations politiques et sociales nationales, afin d’identifier les paramètres les plus intéressants qui déterminent les convergences ou les divergences dans les trajectoires des pays.

Ainsi, le projet mobilise une approche interdisciplinaire associant une variété de compétences et d’outils méthodologiques. L’équipe de « core-researchers » est composée de spécialistes en anthropologie, science politique, sociologie du développement, sociologie du droit, géographie, économie et histoire contemporaine. L’originalité de la méthodologie de recherche réside aussi dans la combinaison d’approches qualitatives et quantitatives.

Des enquêtes de terrain et des manifestations scientifiques seront organisées dans les cinq pays d’étude : Egypte, Tunisie, Algérie et Maroc. Sur la Libye, la démarche repose sur la mobilisation de spécialistes basés notamment en Tunisie et disposant d’informateurs en Libye.

———————————–

[1] Fukuyama F., La Fin de l’histoire et le Dernier Homme, Paris, Flammarion, coll. Histoire, 1992, 452 p.

[2] Bennani-Chraïbi M., Fillieule Olivier, “Pour une sociologie des situations révolutionnaires”, Revue française de science politique 5/2012, (Vol. 62), p. 767-796.

[3] Agathangelou A. and Soguk N. (eds, ) Arab Revolutions and World Transformations, Abingdon: Routledge, 2013. 152pp

[4] Burgat, F. (2006), “Les mobilisations politiques à référent islamique, La politique dans le monde arabe”, E. Picard (dir), Colin, p. 79-100.

[5] Youssef Courbage, Emmanuel Todd, Le rendez-vous des civilisations, Seuil, coll. « La république des idées », 2007, 159 p.

[6] Anderson L., « Demystifying the Arab spring: parsing the differences between Tunisia, Egypt, and Libya », Foreign Affairs, vol 90, n°3, 2-7.