Axes de recherche

Axe 1 : Recompositions et régulation politiques: crises et conflits de légitimité

Ce premier axe propose d’analyser le processus de restructuration de l’espace politique après les révoltes arabes, tel qu’il s’exprime dans l’émergence, la réactivation ou l’exacerbation des différents types de conflits (conflits idéologiques, conflits entre les élites politiques, conflits sociaux, conflits d’intérêts, conflits de légitimité, etc.), ainsi que dans l’évolution des formes de régulation politique (recherche de compromis, arrangements institutionnels, institutionnalisation du pluralisme ou usage de la violence). Ces questions sont explorées à partir de plusieurs entrées thématiques: la reconfigurations du champ partisan, l’apprentissage des rôles politiques et du vote, les réformes des institutions étatiques (armée,  police, justice), la reconfiguration des périmètres de l’action étatique et ses modes de légitimation, les reconfigurations médiatiques. En privilégiant une entrée par les acteurs, il s’agit de travailler sur les modèles en confrontation (démocratie inclusive, démocratie contrôlée, ré-émergence de référents islamiques), de saisir les recompositions politiques en lien avec les conflits de légitimité, de cerner les régimes politiques qui naissent des mutations en cours (phénomène d’hybridation du politique, renouvellement de l’autoritarisme).

Axe 2 : Conflits mémoriels, justice transitionnelle et modèles de réconciliation

Dans un contexte de changement politique, il s’agit de repenser les modèles de réconciliation post-conflits en rapport avec les transactions mémorielles et de considérer le passé comme un objet de transaction politique. On cherche en particulier à comprendre comment les acteurs politiques et sociaux se situent par rapport à un modèle de justice transitionnelle considéré comme un instrument par excellence de remémoration de la répression permettant d’éviter la répétition des abus de « l’ancien régime» et de réparer les erreurs du passé. On propose également de réfléchir sur les récits historiques en concurrence autour du passé autoritaire, récit de l’Etat, des acteurs non-étatiques, et sur les porteurs et médiateurs de récits. L’objectif est à la fois de cerner les usages que font différents acteurs sociaux de la justice transitionnelle et d’évaluer dans quelle mesure les promoteurs de ce modèle de réconciliation, en particulier les commissions « vérité » inspirées du modèle sud-africain, remplissent leur fonction de réconcilier victimes et bourreaux et contribuent à la construction d’une mémoire nationale partagée par tous.

Axe 3 : Modèles de développement et de justice sociale

Les « printemps arabes » ont mis en lumière l’ampleur des fractures sociales et territoriales qui caractérisent les pays de la région. Dans ce contexte, il s’agit d’interroger les questions du développement, des inégalités et de la justice sociale et spatiale en lien avec la problématique de la refondation du pacte social et du pacte national. Deux approches sont retenues. La première, macro-économique, vise à identifier les modèles et les trajectoires de développement des pays d’étude, en lien avec leur formes d’insertion dans l’économie mondiale. La deuxième, centrée sur les acteurs, cherche à articuler une analyse de leurs pratiques (contestations, mobilisations, innovations) et de leurs perceptions/représentations sociales (représentation du juste et de l’injuste, demande de reconnaissance).Les bouleversements politiques en Afrique du Nord ont en effet ouvert des espaces pour la contestation et la mobilisation collective. Ces dynamiques poussent divers acteurs économiques et sociaux à mettre en place des stratégies pour s’adapter (ou tirer profit) du nouveau contexte de crise et d’instabilité ou pour proposer une offre « alternative » en matière de développement ou d’action sociale. Nous proposons d’étudier les pratiques de ces divers acteurs et les discours qu’ils développent, en lien avec les référentiels normatifs et les répertoires d’action qu’ils mobilisent, partant de l’hypothèse que ces derniers renvoient à divers modèles d’organisation/régulation de l’activité économique, de modèles de justice et de redistribution sociale, de modèles de l’action politique ou d’organisation de la cité.