Archives de l’auteur : tarica

Adrien Doron

Adrien Doron est chercheur post-doctorant CNRS au sein de l’ERC TARICA, rattaché à l’UMR 7533 LADYSS.
Il est titulaire d’un doctorat de géographie de l’université de Toulouse mené au sein du laboratoire LISST-CIEU (UMR 5193) et du LabEx Structuration des Mondes Sociaux (SMS). Il a également été ATER à l’Université Toulouse Jean Jaurès et enseignant du second degré.
Sa thèse a porté sur la structuration de routes marchandes mondialisées en Tunisie, à partir de l’étude des approvisionnements des marchés du commerce dit « parallèle ». Il a proposé une analyse des recompositions à l’œuvre depuis 2011 permettant de mettre en lumière les stratégies de contournement et la labilité des itinéraires empruntés.
Son expérience de recherche, y compris dans le cadre de programmes internationaux (ANR Migreli, PHC-Maghreb), associe l’analyse de formes non hégémoniques de la mondialisation à travers une géographie sociale, politique et économique des réseaux informels, et une analyse des réseaux sociaux et spatiaux qui structurent les circulations marchandes et les contournements qu’elles empruntent.
Au sein de l’ERC TARICA, ses recherches s’inscrivent dans l’axe 3 « Modèles de développement, de gouvernance et de justice sociale » et portent sur l’articulation entre activités informelles et développement des territoires. Il s’agit également de questionner les modalités d’une intégration des activités informelles aux modèles de développement de manière comparée (Tunisie, Maroc, Algérie) à travers une analyse de la fabrique de politiques publiques concernant les activités informelles dans les quartiers marchands urbains et dans les espaces d’échanges transfrontaliers.

Parmi ses publications figurent :

Doron A., 2017, « Devenir importateur transnational en Tunisie : articulations entre mobilités et relations sociales.. », Espace, populations, sociétés, [En ligne], 2017-2 | 2017

Doron A., 2017, « Les souks Libya : circulations migratoires et marchandes entre Sahel et Méditerranée », in Choplin A., Pliez O., Mareï N. (dirs.), L’Afrique du Sahel et du Sahara à la Méditerranée, Atlande.

Doron A., 2015, « de la marge au monde : la structuration mouvementée d’une place marchande transnationale à Ben Gardan (Tunisie) » , Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26



Haoues Seniguer

Haoues Seniguer est Maître de conférences en science politique à Sciences Po Lyon et chercheur au laboratoire Triangle, UMR 5206, basé à Lyon. Il dirige depuis 2015 le CODEMMO (Coopération et Développement au Maghreb et au Moyen Orient), diplôme d’établissement et de spécialité de 5ème année de Sciences Po Lyon. 
Il dirigera également à partir de septembre 2019 le diplôme d’établissement de Sciences Po Lyon, DEMAC (Diplôme d’Etudes sur le Monde Arabe Contemporain). 
Il a cofondé en 2016, avec le professeur Makram Abbès, un Master co-accrédité (Sciences Po Lyon et Ecole Normale Supérieure de Lyon) intitulé “Etudes Moyen-Orientales” (EMO).
A partir de janvier 2020, il co-dirigera avec Dominique Avon l’Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM). 
Il a été Professeur invité dans différentes universités (Istanbul, Londres, Montréal). 
Après des études en histoire de la philosophie et langages à l’Université de Grenoble 2, avec une spécialisation en philosophie médiévale arabe, il s’est tourné vers des études en science politique à Sciences Po Lyon/Université Lumière, Lyon 2, en réalisant une thèse de doctorat portant sur “La genèse et les reconfigurations de l’islamisme marocain: itinéraires d’activistes de la Jeunesse islamique au Parti de la Justice et du Développement/Mouvement Unicité et Réforme (1969-2008) soutenue en décembre 2012.
Depuis 2012, conjointement à la poursuite de ses recherches et travaux sur la question de l’islamisme en contexte majoritairement musulman et plus précisément au Maroc, Haoues Seniguer s’intéresse désormais plus largement aux modalités de politisation de l’islam en contexte où cette religion est à la fois minoritaire (France) et majoritaire.

Parmi ses dernières publications :

  • Alexandre Jérôme, Corcuff Philippe, Seniguer Haoues et Sorente Isabelle, Spiritualités et engagements dans la cité : dialogue entre un musulman critique, un agnostique anarchiste, un catholique libertaire et une romancière, Lormont, le bord de l’eau, Documents,2018, 108 p.
  • Seniguer Haoues (dir.), [coord. n° de revue] – République et islam : défis croisés, l’Harmattan, Confluences Méditerranée,2018, nᵒ 106, 225 p.
  • Seniguer Haoues, « Penser le fait islamique en France en périodes troublées », Confluences Méditerranée, 2018, nᵒ 106, p. 21-33.
  • Seniguer Haoues, « The islamists of Morocco’s Party of Justice and Development and the foreign policy problem: between structural constraints and economic imperatives », in Mohamed-Ali Adraoui (dir.), The foreign policy of islamist political parties: ideology in Practice, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2018, p. 20-46.
  • Seniguer Haoues, « Le religieux dans et par-delà les manuels scolaires d’histoire au Maroc : la prédominance d’une conception intégrale de l’islam », in Dominique Avon, Isabelle Saint-Martin et John Tolan (dir.), Faits religieux et manuels d’histoire : contenus –institutions – pratiques : approches comparées à l’échelle internationale, Nancy, Arbre bleu éditions, 2018, p. 289-307.
  • Seniguer Haoues et Bistolfi Robert, « Les musulmans dans la République : des enjeux majeurs de société », Confluences Méditerranée, 2018, nᵒ 106, p. 9-20.
  • Chaambi Abdelaziz, « Entretien avec Abdelaziz Chaambi »,  entretien réalisé par Haoues Seniguer, Confluences Méditerranée, n°106, 2018.
  • Seniguer Haoues, « La question religieuse au Moyen-Orient depuis 1918 », in Jean-Pierre Chantin et Philippe Martin (dir.), Religions : les clés pour comprendre, les clés pour enseigner, Paris, CNRS éditions, 2018, p. 287-308.
  • Seniguer Haoues, « La galaxie néo-salafiste quiétiste: un apolitisme en trompe l’oeil? », in Ali Mostfa et Michel Younès (dir.), L’islam au pluriel : foi, pensée et société, Paris, l’Harmattan, 2018, p. 61-83.

Ateliers du 3ème Congrès des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans

Ateliers dans le cadre du Congrès organisé par Groupement d’Intérêt Scientifique du 3 au 5 juillet à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Dans le cadre du 3ème Congrès des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans du 3 au 5 juillet, des membres de l’équipe TARICA ainsi que des partenaires du projet organisent 4 ateliers.

Les ateliers présentés par les membres de l’équipe TARICA sont les suivants :

  • Fractures territoriales et remises en cause des modèles de développement en Afrique du Nord 
    Résumé : La révolution tunisienne a fait l’objet de lectures en termes de « disparités régionales » et de « fractures territoriales » qui ont contribué à un regain d’intérêt pour la dimension spatiale des phénomènes sociaux. En effet, les foyers des contestations étaient situés dans les régions de l’intérieur défavorisées, et certaines analyses ont mis en cause un modèle de développement métropolitain et extraverti, source d’inégalités et suscitant des contestations. Il faudrait néanmoins se garder de lectures trop mécanistes. Les inégalités, comme les relations de domination et d’exploitation doivent être appréhendées à des échelles multiples et articulées les unes aux autres. En outre, il importe de prendre en compte la pluralité des dynamiques historiques, sociales, politiques à l’œuvre dans les territoires. Les acteurs locaux, loin d’être cantonnés à la passivité, s’impliquent dans différentes formes d’arrangement, de résistance et d’innovation, en se référant à des modèles qu’ils contestent ou dont ils font la promotion. Cet atelier réunira des propositions qui analysent des protestations, des mobilisations et des initiatives qui soulèvent les questions des fractures territoriales et des impasses des politiques de développement dans ces territoires, et ouvrent de nouvelles perspectives. Notre point de départ est la Tunisie, mais les contributions s’ouvrent à l’ensemble de l’Afrique du Nord.
    Responsables de l’atelier : Irène Carpentier (post-doctorante ERC TARICA, LADYSS) et Diane Robert (doctorante ERC TARICA, LADYSS)
    Intervenants : Delphine Acloque, Julien Dutour, Sofia El Arabi, Emna Khemiri
  • Décentralisation et réforme de la gouvernance locale en Afrique du Nord 
    Résumé : Les Printemps arabes – et les développements subséquents – ont révélé la remise en cause de la légitimité de la gouvernance centralisée des territoires, notamment par les populations des régions défavorisées qui se considèrent victimes de l’État central et de ses politiques de développement. Dans ce contexte en pleine mutation, la décentralisation et les réformes territoriales et institutionnelles engagées par les pays d’Afrique du Nord sont soumises à une double pression s’exerçant sur ces États traditionnellement centralisés : celle des bailleurs de fonds internationaux exigeant la mise en œuvre de leurs recettes de « bonne gouvernance », et celle d’une société civile en plein essor, dont une partie des énergies cherche à s’investir dans la participation aux affaires locales. La décentralisation est, en effet, une interface entre des enjeux politiques (élections) et des enjeux de développement. Elle doit concilier plusieurs exigences souvent contradictoires : poursuivre le désengagement de l’État au profit de la société civile et du secteur économique ; rapprocher l’administration des populations ; corriger les déséquilibres territoriaux ; améliorer l’efficacité de l’action publique. L’objectif de ce panel est de rendre compte des divers modèles et modes de légitimation mobilisés par différents acteurs pour tenter d’infléchir dans le sens de leurs intérêts la réforme en cours de la gouvernance locale au Maroc, en Tunisie et en Égypte.
    Responsables de l’atelier : Clément Steuer (post-doctorant ERC TARICA, LADYSS) et Maher Ben Rebah (post-doctorant ERC TARICA, LADYSS)
    Intervenants : Maher Ben Rebah, Irène Carpentier, David Gœury, Clément Steuer
  • Crises et élites, Crises d’élites – Elites économiques et pouvoir politique 
    Résumé : Les soulèvements qui ont secoué la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient depuis 2010 portent des revendications de justice sociale et de participation ainsi qu’un rejet des anciennes élites associées à la corruption et à l’autoritarisme. Mais, comme le souligne Louër (2013), peu d’études se sont intéressées à ce qui se passe, « en haut », au niveau des coalitions autoritaires puisque la grande partie des travaux se sont focalisés sur la dynamique des mouvements sociaux « d’en bas ». Il est donc important de comprendre quels sont les rapports entre les structurations élitaires de ces sociétés et les mutations qu’elles traversent. Comment les élites économiques se comportent-elles en situation de crises politiques ? De quelle manière s’adaptent-elles au changement ? À partir de l’étude des pays d’Amérique Latine, d’Asie et du Moyen-Orient, le comportement « contingent » (O’Donnell, 1992) des élites économiques face à la démocratisation est expliqué par leur dépendance à l’égard de l’Etat et leur désir de préserver leurs intérêts matériels (Bellin, 2000). Contrairement aux autres élites économiques, celles de la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient auraient comme spécificité d’être fondamentalement favorable à l’autoritarisme (Greenwood, 2008). Des recherches récentes, mobilisent, quant à elles, le concept de « crony capitalism » pour comprendre les ressorts de la captation des ressources publiques et de la réglementation à des fins privés (Chekir et Diwan 2015 ; Rijkers et al. 2014). Ce panel ouvre une nouvelle piste pour discuter les rapports entre élites économiques et pouvoir politique à partir de l’analyse des pratiques et des engagements concrets de celles-ci au moment et après des soulèvements populaires. Nous mobilisons la sociologie des crises politiques de Michel Dobry qui définit ces situations, en continuité avec les périodes d’activité sociale routinière, comme des moments de désectorisation du monde social (Dobry, 1986). Nous interrogeons cette question selon trois axes : 1) Les légitimités en crise : Quels sont les rapports entre les crises que traversent les pays de la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient et les modalités de construction et de remise en question des légitimités des élites ? 2) La crise des rapports inter-élitaires : Quelles formes de fragmentation, de restructuration et de renouvellement des rapports constatons-nous, entre différents groupes d’élites ? 3) La diversité des stratégies de gestion des crises : Quels changements ces crises impliquent-elles sur les répertoires d’action, les positionnements et les pratiques des acteurs économiques ?
    Responsable de l’atelier : Dilek Yankaya (Maîtresse de conférences Sciences Po Aix, Cherpa)
    Intervenants : Tewfik Aclimandos, Houda Ben Hamouda, Feouzi El Masteri, Alia Gana, Mohamed Jeghllaly, Mohamed Oubenal, Dilek Yankaya
  • Les partis islamistes dans le jeu politique : la théorie de « l’inclusion modération » revisitée
    Résumé : Une majorité de chercheurs s’accordent aujourd’hui pour qualifier les partis islamistes intégrés au jeu politique de « modérés » et de « pragmatiques ». La théorie de « l’inclusion-modération » – selon laquelle la participation aux élections des partis conduit à leur modération, tandis que leur exclusion conduit à leur radicalisation – est objet de vifs débats dans le champ académique anglo-saxon, débats trop souvent ignorés dans la littérature francophone. Cette théorie mérite toute notre attention pour plusieurs raisons : elle constitue aujourd’hui la principale grille d’analyse de l’intégration des partis islamistes au jeu politique institué ; elle mêle – sans toujours suffisamment de précautions – catégorie académique et catégorie politique mobilisée par les acteurs étudiés ; elle pointe un certain nombre de problèmes méthodologiques centraux ; elle laisse néanmoins de côté des aspects pourtant fondamentaux à la compréhension du phénomène. Ce panel propose d’en discuter les aspects théoriques, méthodologiques et empiriques. Pour ce faire, deux directions sont privilégiées : d’une part, une présentation critique de la littérature ; d’autre part, une présentation de diverses études de cas à partir d’une perspective inductive et relationnelle dépassant une analyse fondée essentiellement sur l’idéologie. Les enjeux épistémologiques de la qualification d’un parti ; l’articulation des différentes échelles d’observation ; les modalités d’interpénétration des sphères religieuse et politique ; l’action publique et les réseaux de mobilisation constituent quelques unes des dimensions abordées dans les contributions de ce panel.
    Responsables de l’atelier : Myriam Aït-Aoudi (Science Po Bordeaux, Centre Emile Durkheim) et Alia Gana (Principal Investigator de l’ERC TARICA, LADYSS)
    Intervenants : Théo Blanc, Belkacem Benzenine, Alia Gana, Haoues Seniguer, Ester Sigillo, Clément Steuer, Hassan Zouaoui

Le Congrès du GIS MOMM se tient à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est possible d’assister à un atelier en s’inscrivant à cette adresse.

Hassan Zouaoui

Hassan Zouaoui est docteur en sciences politiques de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne et professeur habilité en droit public à l’Université Ibn Zohr, Agadir (Maroc). Ses recherches ont pour thème le changement institutionnel et la transition politique au Maroc et la question démocratique dans le Monde arabe. Au sein de l’axe 1 du projet TARICA, ses travaux portent sur les reconfigurations du champ partisan au Maroc et l’intégration au jeu politique du parti islamiste PJD  (Parti de la justice et du développement).

Parmi ses publications récentes figurent :

  • Yankaya, Dilek, Clément Steuer, Hassan Zouaoui, « Nommer l’islam politique. Répertoire lexical d’un réformisme et ses réappropriations locales dans les noms de partis islamistes », La revue Mots. Les langages politiques (A paraître en juillet 2019).
  • Hassan Zouaoui, «Le printemps arabe et la spécificité de la transition politico-institutionnelle au Maroc », in Elections et transition démocratique. Approches comparées, ouvrage collectif publié par Le Centre Arabe des Recherches et de l’Etude des Politiques (CAREP), Tunis, avril 2019.
  • Hassan Zouaoui, « Le terrorisme et l’impératif sécuritaire dans les démocraties occidentales », dans la revue Dialogue (Rabat), numéro 5/2018.
  • Ahmed Joumani et Hassan Zouaoui, « Les élections législatives 2016 dans les provinces du sud : analyse des résultats », la revue Politiques Publiques (Rabat), numéro 25/octobre 2018.
  • Hassan Zouaoui, «La transition marocaine et l’usage royal de la rhétorique démocratique » dans From Democratic Transition to Democracy Learning Towards a Paradigmatic Turn in Democratization Studies, Edited by Mohamed El Hachimi. Publié par Konrad-Adenauer-Stiftung e.V. 2018.
  • Hassan Zouaoui, « La conversion du régime politique marocain à la démocratie électorale », in, Le processus démocratique au Maroc, sous la direction de Bachir Motaki, Editions CEMARSEP, Marrakech, novembre 2017.
  • Hassan Zouaoui, « Changement politico-constitutionnel et problématique de transition démocratique au Maroc » (en arabe), Revue Dialogues (Rabat), double numéro 2 et 3, 2017.

Amandine Cormier

Amandine Cormier est doctorante en géographie au sein de l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I), rattachée au Laboratoire LADYSS (UMR 7533) et au projet TARICA. Elle est titulaire d’un master en géographie de l’université Sorbonne-Université mention « Mondialisation, développement et dynamiques spatiales dans les pays du Sud ».

Ses recherches s’insèrent particulièrement dans l’axe 3 « Modèles de développement, gouvernance et justice sociale ». Sa recherche doctorale porte sur les activités génératrices de revenus à destination des femmes rurales au Maroc et en Tunisie dans une perspective comparée ; et questionne la diffusion et l’appropriation de discours et de modèles de développement souvent jugés alternatifs (ESS, commerce équitable, micro-entreprise, …) mis en place afin de promouvoir socioéconomiquement les femmes et de réduire la pauvreté. 

Emna Khémiri

Emna Khémiri est doctorante en géographie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne,
rattachée au laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS – UMR 7533). Elle est ingénieure agronome-paysagiste l’ISA-CM (Université de Sousse) et titulaire d’un master de l’ENSP Versailles/Université Paris 1 Sorbonne/AgroParisTech.

Ses recherches s’intéressent à l’analyse des effets des politiques agricoles et des modèles de gouvernance des ressources naturelles sur la différenciation socio-spatiale de l’activité
agricole, la transformation des territoires ruraux et des paysages agricoles en Tunisie.

Son implication dans le projet TARICA s’inscrit dans le cadre de l’axe 3 consacré aux modèles de développement, de gouvernance et de justice spatiale.

Parmi ses publications récentes figurent :

2019 (à paraître), Gana A. et Khémiri E., 2019, « La gestion de l’eau en Tunisie : un modèle
générateur d’inégalités socio-territoriales » In A.Gana, M.Berger et J-L Chaléard (dirs.), «
Crise des modèles? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-
campagnes », Grafigéo.

Irène Carpentier

Irène Carpentier est chercheuse post-doctorante au sein de l’ERC TARICA, et rattachée au laboratoire Ladyss-Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Elle est titulaire d’un doctorat en géographie de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, mené au sein du laboratoire LADYSS et de l’IRMC (Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain). Sa thèse a porté sur les nouvelles formes de valorisation des territoires oasiens dans le sud tunisien, et a proposé une réflexion sur la mise en question des modèles de développement agricoles et de gestion des ressources naturelles dans le contexte post-2011.

Son expérience de recherche associe des travaux sur les dynamiques des territoires agricoles et ruraux en Tunisie et au Maroc, au sein de programmes internationaux (ANR ALMIRA, ZERKA-ENVIMED), et des travaux en analyse électorale, dans le cadre du projet PROCELEC, puis de TARICA.

Au sein de l’ERC TARICA, ses recherches s’inscrivent dans l’axe 3 « Modèles de développement, de gouvernance et de justice sociale » et portent sur l’articulation des modèles de développement agricoles dans une perspective comparée Tunisie-Maroc. Elle contribue également à l’axe 1 « Recompositions et formes de régulation politique » pour ce qui concerne les analyses électorales. 

Ses publications les plus récentes sont : 

2019 (à paraître), Carpentier I.,  « Innover pour dominer ? Patrimonialisation, durabilité, et reconfigurations sociales des territoires oasiens du sud tunisien », in A. Gana, M. Berger, JL. Chaléard (dirs.), « Crise des modèles? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes », Grafigéo, 

2019, Carpentier I.,  « Agricultures familiales et nouvelles dynamiques de valorisation dans les oasis anciennes de Tozeur et Gabès (Tunisie) : recompositions socio-territoriales et perspectives de développement », in A. Gana, E. Mesclier, N. Rebaï (Dirs), « Agricultures familiales et territoires dans les Suds », IRMC/Karthala, 336 p.   

2017, Carpentier I.,  Diversité des dynamiques locales dans les oasis du sud de la Tunisie, Cahiers Agricultures, 26, 3, 32001,

2017 Carpentier I., Gana A., . “Changing agricultural practices in the oases of southern Tunisia: conflict and competition for resources in post-revolutionary and globalization context”, in Lavie E., Marshall A. (Eds), Oases in globalization. Ruptures and continuities, Springer, 153-176, DOI: 10.1007/978-3-319-50749-1_9

2016, Carpentier I.,  « L’observatoire localisé de Gabès : les ressorts d’une victoire éclatante du parti Ennahdha ». A. Gana ; G. Van Hamme. Élections et territoires en Tunisie, enseignements des scrutins post-révolutions (2011-2014), IRMC-Karthala, 2016. 

Clément Steuer

Clément Steuer est docteur en science politique, ancien directeur du pôle “Gouvernance et politiques publiques” du CEDEJ. A été chercheur à l’Institut oriental de l’Académie tchèque des sciences (2013-2018). Travaille actuellement à plein temps pour le projet TARICA, affecté au laboratoire LADYSS (7533) par le CNRS.
Il a publié sur les partis et le système partisan en Égypte, ainsi que sur les mouvements sociaux et les réformes de la gouvernance dans ce pays.
Il étudie actuellement les systèmes partisans d’Afrique du Nord dans une perspective comparée.

Parmi ses publications récentes figurent :

  • 2019. “Qu’est-ce qu’un parti fondé sur une base religieuse ? Interprétations concurrentes d’une catégorie juridique dans le contexte politique égyptien”, Social Compass, vol. 66, iss. 3, à paraître en septembre 2019.
  • 2018. “The Modularity of the ‘Revolutionary’ Repertoire of Action in Egypt: Origins and Appropriation by Different Players”, Social Movement Studies, vol. 17, iss. 1, pp. 113-118
  • 2018. Avec Patrice Bigombé Logo, « La gouvernance de la diversité en Égypte », Maghreb-Machrek, n° 236, pp. 55-71
  • 2018. “The Role of the Intellectuals and Political Process of the Wasatiyya Current in pre-2011 Egypt”, Archiv Orientální, vol. 85, iss. 3, pp. 389-407
  • 2017. (dir.), « L’État égyptien en quête de stabilité », Égypte/Monde arabe, 3e série, n° 16

Anca Munteanu

Anca Munteanu est chercheuse post-doctorante au sein de l’ERC TARICA rattachée au laboratoire Ladyss-Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Elle est titulaire d’un doctorat obtenu en 2019 à l’Ecole doctorale de sciences juridiques de l’Université de Grenoble en cotutelle avec l’Ecole doctorale de sciences politiques de l’Université de Bucarest. Sa thèse a été consacrée à l’étude de l’idéologie et du rapport au pouvoir du parti islamiste Ennahdha depuis la fin des années 1960 jusqu’en 2018. Elle analyse la structure et le fonctionnement du parti Ennahdha, y compris la sélection de ses dirigeants ainsi que ses stratégies d’intégration au jeu politique.

Sa recherche doctorale adopte également une perspective comparée entre le parti Ennahdha et le parti islamiste PJD au Maroc. Au sein de l’ERC TARICA, ses recherches s’inscrivent dans l’Axe 1 « Recompositions et formes de régulation politique » et portent sur les processus de fragmentation au sein des partis Ennahdha (Tunisie) et PJD (Maroc), ainsi que sur les stratégies de pluralisation de l’islam politique.

Parmi ses publications récentes figurent : 

Munteanu Anca, Introduction à la terminologie arabo-musulmane, Sayah, Jamil (ed.), Frontières et mobilité, L’Harmattan, 2016, p 189-206.

Munteanu Anca, « Le début de l’islamisme. Étude de cas: Le Parti Justice et Développement (PJD) du Maroc », La Revue scientifique de l’École doctorale en Sciences sociales :Tineri Cercetători: Abordări Multidisciplinare, Université de Bucarest,  Vol II, ISSN 2360-2449, 2014.

Imed Melliti

Imed Melliti est Professeur d’enseignement supérieur en sociologie, coordonateur du master d’anthropologie à l’Institut supérieur des sciences humaines de Tunis (Université Tunis El Manar). Il est vice-président de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF).

Ses premiers travaux de recherche ont porté sur la sainteté et le confrérisme au Maghreb et ses centres d’intérêt actuels continuent de porter sur les transformations du champ religieux en Tunisie et au Maghreb. Il est l’auteur de plusieurs articles sur la sainteté, le religieux, les jeunes ainsi que sur l’histoire des sciences sociales au Maghreb et en Tunisie et le co-auteur de deux ouvrages dont l’un, portant sur les adolescents en Tunisie, est intitulé « De la difficulté de grandir. Pour une sociologie de l’adolescence » (2006). Il vient de conduire à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), où il est actuellement chercheur associé, un programme de recherche sur les sentiments d’injustice et la définition du bien commun en rapport avec les dynamiques politiques du « printemps arabe » et il vient de diriger un ouvrage collectif qui a pour titre « La fabrique du sens. Ecrire en sciences sociales » (2016).

Impliqué dans l’ERC Tarica et plus particulièrement dans l’axe 3 consacré aux modèles de développement et à la question de la justice sociale, il participe activement aux enquêtes sur les formes et les lexiques de la contestation chez les jeunes.

David Goeury

David Goeury est docteur en géographie, enseignant chercheur au laboratoire Espaces Nature et Cultures de Sorbonne Universités et chercheur associé au Centre Jacques Berque de Rabat.

Spécialiste du rôle de la société civile dans le développement local des pays à revenus limités (Maroc et Inde), il a dirigé et coordonné plusieurs programmes de recherche action sur la préservation du patrimoine collectif saharien, l’urbanisation des espaces oasiens (ZERKA), l’innovation adaptée en milieu oasien, les activités génératrices de revenus à destination des populations infectées ou affectées par le VIH au Maroc.

Avec l’organisation Tafra, il cartographie et analyse les résultats électoraux au Maroc depuis 2002. Ces travaux ont été publié dans deux ouvrages : Le Maroc vote. Les élections législatives en chiffres (1963 à 2011) et La responsabilité des élus dans le cadre de la régionalisation avancée.

Au sein du programme Tarica, il analyse les résultats électoraux au Maroc et interroge les transformations institutionnelles en cours, dont tout particulièrement la mise en oeuvre de la régionalisation avancée. Pour cela, il développe une analyse territorialisée des parties prenantes et procède à une prosopographie de ces dernières. Parallèlement, il interroge la résilience des modalités tierces au-delà des modèles de développement binaire public-privé en s’intéressant aux biens communs.

Ces dernières publications sont :

Goeury David., Sierra Philippe., 2016,  Introduction à l’analyse des territoires : concepts, outils, applications, Paris : Armand Colin, 224 p.

Goeury David, «  Résilience, résistance et reconnaissance : destin de l’agriculture urbaine oasienne à Tiznit (Maroc) » , Géographie et cultures, 101, 2017, p.59-78.

Goeury David, Naji Salima, 2016,  « Revitalización de la Medina de Tiznit »   in Planur-e. Territorio, Urbanismo, Paisaje, Sostenibilidad y Diseno Urbano, #08 – Invierno 2016

Goeury David, 2017, « Les printemps arabes », in Andrieu Julien (dir.), L’Afrique : du Sahel et du Sahara à la Méditerranée, Paris : Ellipses.

Goeury David, 2017, « Inégalités socio-spatiales et politiques de lutte contre la pauvreté », in Andrieu Julien (dir.), L’Afrique : du Sahel et du Sahara à la Méditerranée, Paris : Ellipses.

Goeury David, 2014, « Une nouvelle géographie politique du Maroc. Le pouvoir est-il enfin dans les mains des villes ? », EspacesTemps.net, Travaux, 12.05.2014

Goeury David, 2014, « La visite royale comme réponse au stress territorial : les conséquences des manifestations rurales dans le Haut Atlas central et oriental marocain », L’Espace Politique, 24 | 2014-3

Marouen Taleb

Marouen Taleb, chercheur post-doctorant au sein de l’ERC-TARICA, actuellement en
affectation à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC, Tunis), est docteur en urbanisme et aménagement du territoire de l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis. Il est titulaire également d’un master en géographie. Ses recherches s’inscrivent dans les domaines de la géographie économique et des sciences de l’aménagement en rapport avec les modèles de gouvernance territoriale et de développement. Sa thèse porte sur les modèles de localisation des activités industrielles en prenant pour cas d’étude celui du Grand Tunis. Ses travaux au sein de l’ERC Tarica s’inscrivent au sein de l’axe 3 relatif au modèles de développement, de gouvernance et de justice sociale qui sont étudiés sous l’angle de la décentralisation actuellement en cours de mise en place en Tunisie.

 

Parmi ses publications récentes figurent :

  • A paraître/sous presse. Taleb, M. (2018). Les trois faces de la localisation des industries dans le Grand Tunis : les logiques planificatrices à l’épreuve d’une métropolisation fragmentée. In M. Ben Jelloul « Régionalisation et Gouvernance » actes du colloque international – du 01 au 03 décembre 2016 – Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis – TUNSIE.
  • A paraître/sous presse. Taleb, M. (2018). Les trajectoires périurbaines de l’industrie : l’ouest du Grand Tunis, une marge convoitée ?». In H. El Abassi « Recomposition et développement des espaces périurbains dans le bassin méditerranéen – regards croisés »
  • Taleb, M., Sallemi, R. (2016). Territoires sensibles en eaux troubles : la gouvernance des îles inoccupées en Tunisie entre la préemption du pouvoir central et les aspirations locales. In C. Hadrossek, M. Baron, C. Grasland, N. Lambert, S. de Ruffray, C. Zanin & A. Bennasr, Maillages territoriaux, Démocratie et Elections, actes du colloque international, 15-16 janvier, Monastir (pp.65-74). Sfax : SYFACTE.
  • Taleb, M., Sallemi, R. (2015). La sur-fréquentation touristique des îles Kuriat en Tunisie ou l’usage spontané d’un territoire sensible. In J.M.B. Del Rosario, A.G. Molina & C.B. Eyzaguirre, Tendencias en destinos turisticos, (pp.547-564). Las Palmas : Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.

Belkacem Benzenine

Belkacem Benzenine est chercheur permanent au CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle à Oran). Il est docteur en philosophie politique de
l’Université Charles-de-Gaulle – Lille III.
Dans ses recherches, il examine la place des femmes dans les champs politique et religieux.
Il s’intéresse également aux transformations politiques dans les pays touchés par les
« révolutions arabes ». En 2014-2015, il a été Fulbright Visiting Schloar à Fordham
University en menant un projet sur les politiques publiques à l’égard des femmes dans les
pays arabes : Maroc et Égypte.
Il a dirigé une équipe de recherche sur les Femmes élues et la représentation politique en
Algérie.

Parmi ses publications :
2016. « Symbolique et portée politiques du geste de Rabia en Egypte », Revue Les Mots, les langages du politique, n° 110, p. 99-118.
2016. « Les femmes et le « printemps arabe » : entre émancipation et désillusion », in
Française Saquer-Sabin et Emmanuel Persyn (dir), Regards sur le Proche-Orient éclaté,
Lille, Éditions du Conseil scientifique de l’Université Lille 3.
2014. Penser la laïcité dans les pays arabes (Paris : Éditions l’Harmattan).
2013. « Les Femmes Algériennes au Parlement. La politique des quotas à l’épreuve des
réformes politiques », Revue Égypte/ Monde Arabe, Troisième série, n° 10.

Maher Ben Rebah

Maher Ben Rebah, chercheur post-doctorant au CNRS au sein l’ERC TARICA, rattaché à l’UMR 7533 LADYSS, est agrégé en géographie de l’ENS de Tunis et Docteur en géographie et l’Université Paris Diderot et de l’Université de Tunis. Son expérience professionnelle associe l’enseignement, la recherche et l’ingénierie de la recherche. Il a enseigné en tant qu’ATER à l’Université Paris 8 et en tant que chargé de cours à l’Université Paris 7, à l’Université de Reims et à l’Université Paris Est Marne-La-Vallée. Il a été également chargé de recherches et coordinateur scientifique dans le cadre de divers projets de recherches internationaux pluridisciplinaires comme EsponDatabase and data development (https://www.espon.eu/programme/projects/espon-2013/scientific-platform/espon-database-2013) et Spotlight (https://www.spotlightproject.eu/).

Ses recherches initialement développées autour de la modélisation de l’évolution du découpage administratif tunisien ont été actualisées depuis 2011 pour s’intéresser aux réformes territoriales dans le processus de démocratisation en Tunisie et en Afrique du Nord. Parallèlement, il a développé une solide expérience en géographie et cartographie électorale.

Parmi ses publications récentes figurent :

Beauguite L. et Ben Rebah M., 2017,« Espace méditerranéen, vers une convergence politique ? In Brahim F. Et Ben Ahmed A., “Espace d’action, espace en action : la Méditerranée à l’invite de la géographie”. Actes du colloque du département de géographie de l’Université de Sousse, pp. 393-403.

Vanhamme G, Gana A et Ben Rebah M.,2016,  “De 2011 à 2014 : refonte du paysage politique et continuités socio-territoriales”. In Alia Gana et Gilles Vanhamme, Elections et territoires en Tunisie, enseignement des scrutins post-révolution (2011-2014). Chapitre 4, pp. 205-224.

Ben Rebah M, Gana A et Vanhamme G, 2016, “Comprendre la géographie du vote d’octobre 2011”. In Alia Gana et Gilles Vanhamme, Elections et territoires en Tunisie, enseignement des scrutins post-révolution (2011-2014). Chapitre 4, pp, pp. 71-86.

Gana A., Vanhamme G. et Ben Rebah M., 2014,  “Social and socio territorial Social and socio-territorial electoral base of political parties in post-revolutionaryTunisia”, The Journal of NorthAfricanStudies, Volume 19, Issue 5.

Gana A., Vanhamme G. et Ben Rebah M., 2012, «Géographie électorale et disparités socio-territoriales : les enseignements des élections pour l’assemblée nationale constituante en Tunisie». L’Espace Politique n°18, http://espacepolitique.revues.org/2486

Mohamed Oubenal

Mohamed Oubenal has a PhD in sociology from Paris-Dauphine University that has been published as a book under the name of « La légitimation des produits financiers: Le réseau de promotion des Exchange Traded Funds (ETF) en France ». His research interests include economic sociology and sociology of culture. During his doctoral and postdoctoral fellowships he studied the process of legitimizing institutions and markets using qualitative methods and social network analysis (see his articles published in: Ecology and Society ; Journal of International Relations and Development ; Gérer et comprendre). He is currently researcher in sociology at Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) at Rabat (Morocco). His is now studying the transformations of amazigh society (article to be published in Asinag and book chapters under publication) as well as economic elites (articles in: Critique internationale ; Revue Marocaine des Sciences Politiques et Sociales).

Inside the TARICA project, Mohamed Oubenal is mainly contributing to the work group Economic elites and political power. He will study the process of dissemination and transformation of the neoliberal model of corporate governance in Morocco and Tunisia by focusing on the institutional entrepreneurs, the economic actors and the political context of this process. Mohamed Oubenal will also study the strategies and values of entrepreneurs with amazigh identity in Morocco and their relationships with other actors.

Selected publications :

Oubenal, M. (à paraître), « De l’autogouvernement local des souks de l’Anti-Atlas à leur prise en charge par le marché », in : Aboulkacem et al. (dir.), Le droit communautaire en milieux amazighes. Organisation, instrumentalisation et transformation. Rabat, Les éditions IRCAM.

Oubenal, M (à paraître), « Les relations économiques entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne : entre rhétorique de coopération Sud-Sud et stratégie économique d’intermédiation. », in : Yolande Benarrosh (Dir.), Travail et mondialisation au Maghreb : Approches pluridisciplinaires et jeux d’échelles, Paris, Karthala.

Oubenal, M. & Zeroual, A. (2017), « Gouverner par la gouvernance : les nouvelles modalités de contrôle politique des élites économiques au Maroc », Critique Internationale, 74, pp. 9-32.

Oubenal M. & Zeroual A. (2017), « Les transformations de la structure financière du capitalisme marocain »,Revue Marocaine des Sciences Politiques et Sociales, Vol 14 (Hors-série sur l’économie politique du Maroc), pp. 137-160.

Oubenal, M. (2016), Crony Interlockers and the Centrality of Banks: the Network of Moroccan Listed Companies, Economic Research Forum Working Papers N° 1066.