ÉLECTIONS MUNICIPALES EN TUNISIE, TERRITORIALITÉ DU VOTE ET ENJEUX DE DÉCENTRALISATION

Par Théo Blanc et Irène Carpentier

Dimanche 6 mai 2018 se sont tenues les premières élections municipales tunisiennes depuis la révolution de 2010-2011. Un peu plus de 5,3 millions d’électeurs, soit moins de 50 % des 11,3 millions de ressortissants tunisiens, ont été appelés à voter dans 4 552 bureaux de vote répartis sur tout le territoire. Pas moins de 57 020 candidats sont inscrits sur 2 173 listes, dont 897 indépendantes et 177 de coalition (1). 4ème scrutin en Tunisie après les élections constitutionnelles (2011), législatives et présidentielles (2014), les municipales ouvrent un cycle électif qui se poursuivra par des élections législatives en 2018 et présidentielles en 2019. Alors que la scène politique est aujourd’hui dominée par En-Nahdha et Nida Tounis (2), l’échéance des municipales est susceptible de mettre à l’épreuve ces deux partis dominants, mais en perte de vitesse, en raison de la présence importante des listes indépendantes et l’augmentation des déçus des partis de gouvernement.

Pour lire l’article intégral, cliquez ici