Séminaire « L’Egypte après le référendum constitutionnel »

Séminaire organisé dans le cadre de l’ERC TARICA et de l’atelier 2
« Sociétés et territoires en transition » (Ladyss)

12 juin de 17h30 à 20h00
Institut de Géographie – 191 rue Saint Jacques Paris

Le traitement médiatique du référendum constitutionnel organisé en Égypte en avril 2019 a fait la part belle à l’allongement de la durée du mandat présidentiel. Cependant, d’autres changements institutionnels ont été décidés à cette occasion : renforcement du contrôle de l’exécutif sur le pouvoir judiciaire, retour de la chambre basse du Parlement et du poste de vice-président, sanctuarisation du poste de ministre de la Défense au profit de l’armée, extension du champ de compétence des tribunaux militaires, imposition de différents quotas lors des élections législatives. Par ailleurs, l’article 200 consacre le rôle politique de l’armée, tout en introduisant la notion de caractère “civil” de l’État, notion dont l’inscription dans le texte originel de la Constitution de 2014 avait été mise en échec par les salafistes du parti Nour. Cet échec symbolique n’a d’ailleurs pas empêché ces derniers de faire campagne en faveur du “oui”. Cependant, l’imposant taux d’approbation (plus de 88% des voix) ne doit pas masquer le fait que l’opposition ne s’était jamais autant mobilisée pour un scrutin depuis décembre 2012 (la Constitution de 2014 avait été approuvée par plus de 98% des votants, et le président Sissi élu, puis ré-élu en 2018, avec près de 97% des voix), dans un contexte où le taux de participation demeure important (plus de 40% des électeurs potentiels), du fait surtout de diverses incitations mises en place par les soutiens du régime.
Comment décrire et expliquer ces dynamiques électorales ? Quel rôle ont joué les partis et mouvements d’opposition dans l’élaboration et l’adoption de ces révisions constitutionnelles ? Quels changements attendre dans le fonctionnement des institutions égyptiennes ? Comment replacer ces amendements dans l’histoire institutionnelle récente du pays ? Assiste-t-on à un retour du modèle autoritaire issu de l’ère Moubarak, ou bien à un processus d’hybridation de différents modèles constitutionnels et institutionnels  ?
Ce sont autour de ces différentes questions que s’organisera cette séance du séminaire de l’ERC TARICA et de l’atelier 2 du Ladyss.
 
Intervenants
Mustapha Kamel El-Sayyed, Professeur de science politique, Université du Caire : “La réforme des institutions. Quel impact attendre de l’application du nouveau texte constitutionnel ?”
Gaétan du Roy, Historien, Université catholique de Louvain : “Situation des minorités et politique des quotas”
Naïma Bouras, Chercheuse en science politique, Université du Havre/EHESS : “Les salafistes et la question de l’Etat civil”
Discutant
Clément Steuer, Chercheur en science politique, CNRS (Ladyss, UMR 7533)
 
 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.