Découper pour mieux régner en Tunisie postrévolutionnaire : la décentralisation en question

16 février 2018, 17h30 à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) : « Découper pour mieux régner en Tunisie postrévolutionnaire : la décentralisation en question ».

Séminaire Erc Tarica/IRMC 2017-2018 avec l’intervention de Maher Ben Rabeh (ERC Tarica, Ladyss). Discutant : Sami Yassine Turki (المعهد العالي للبيئة و العمران و البنيان I.S.T.E.U.BUniversité de Carthage).

Découper pour mieux régner en Tunisie postrévolutionnaire : La décentralisation en question 

La question territoriale dans le processus démocratique post-révolution en Tunisie a rapidement gagné le devant de la scène politique et médiatique. Abordée sous les angles de l’équité territoriale, de la justice socio-spatiale et de l’équilibre régional, elle devient un fondement majeur des revendications sociales.

En réponse à cette revendication, l’article 14 de la nouvelle constitution se veut une rupture dans la gouvernance du territoire en Tunisie. Il engage « l’État à renforcer la décentralisation et à la mettre en œuvre sur l’ensemble du territoire national, dans le cadre de l’unité de l’État ». Il instaure ainsi une nouvelle réorganisation du territoire en 3 niveaux de « collectivités locales » : commune, région et district couvrant l’ensemble du territoire et correspondant à des niveaux électoraux.

Cependant, la communalisation du territoire, première étape de la mise en œuvre de la décentralisation, est loin d’être une rupture dans l’évolution du maillage territoriale en Tunisie. La création de nouvelles communes est une nouvelle phase du morcellement du territoire engagé depuis l’indépendance. Elle s’inscrit dans un agenda politique électoral tout en promettant le développement local.

Avant d’être une politique économique, la décentralisation est d’abord politique et démocratique. En ce sens, la réflexion proposée lie intimement maillage territorial, décentralisation et démocratie et pose les interrogations suivantes : le processus de communalisation est-il différent de l’affinement du découpage administratif ?

Quels seraient les enjeux électoraux sous-jacents de ce maillage communal ? Quels impacts aurait ce maillage élémentaire sur la définition des limites des autres niveaux territoriaux ; régions et districts ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search