Quatrième Congrès des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans – 2021

Dans le cadre du congrès du GIS MOMM qui se tiendra du 28 juin au 2 juillet 2021, les membres de l’équipe du projet ERC TARICA organisent une table ronde et 2 ateliers :

Changements sociopolitiques post-2011 en Afrique du Nord : Confrontation des modèles et diversité des trajectoires nationales
Responsable : Eric Gobe(CNRS/IREMAM) Hybride : Salle B108

Résumé :
Dix ans après « les soulèvements arabes de 2011 », le tableau géopolitique de l’Afrique du Nord (du Maroc à l’Égypte) présente des configurations très différentes : changement politique négocié au Maroc, tentative avortée de contenir les troubles sociaux en Algérie, dialogue national et succès des processus électoraux en Tunisie, restauration autoritaire en Égypte et guerre civile en Libye. Ces situations variées sont étroitement liées aux mobilisations d’acteurs s’appuyant sur des ressources inégales et des logiques d’action différenciées. A partir de recherches récentes, cette table-ronde discutera des processus complexes qui contribuent à la diversité des trajectoires suivies par les pays de la région au lendemain des «révoltes arabes». Les dimensions suivantes seront explorées: (i) la restructuration de l’espace politique après les révoltes arabes, caractérisé par l’émergence, la réactivation ou l’exacerbation de différents types de conflits (idéologiques, sociaux, mémoriels, etc.), ainsi que les nouvelles formes de régulation politique (élections compétitives, recherche de compromis, arrangements et innovations institutionnels, ou recours à la force), (ii) les stratégies des acteurs et les logiques d’action, en particulier la manière dont les différentes catégories d’acteurs (institutions, associations, individus) négocient de nouvelles positions dans l’espace politique, social et économique.
Intervenants :
Gilles Van Hamme (Université libre de Bruxelles) : Sociologie de l’islamisme. L’apport d’analyses contextuelles et comparatives
Morgane Jouaret (Université de Bordeaux, Centre Émile Durkheim) : Analyse des expressions mémorielles dans le Hirak algérien
Aymen Belhadj (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7533-LADYSS) : La construction des identités collectives chez les jeunes dans la Tunisie post-révolution
Bochra Kammarti (CNRS, UMR 7533-LADYSS) : La promotion d’institutions sociales et de pratiques économiques à référent islamique dans la Tunisie post 2011 : enjeux, conflits et confrontation des modèles
Adrien Doron (Université Paul Valéry – Montpellier 3, UMR (5281) ART-Dev) : De l’informel au développement : nouvelles configurations d’acteurs dans les espaces commerciaux transfrontaliers de la Tunisie

Les bouleversements sociopolitiques post-2011 dans le monde arabe au prisme du genre
Responsable : Alia Gana (CNRS, UMR LADYSS)

Résumé :
De nombreuses recherches mettent en lumière le rôle des femmes dans les mobilisations qui ont précédé et suivi les « printemps arabes » (Benzenine, 2016 ; Bonnet, 2013 ; Gillot et Martinez, 2016). D’autres travaux soutiennent que les processus électoraux post-2011, et notamment l’arrivée au pouvoir des islamistes, ont permis dans plusieurs pays un accès plus large des femmes à l’espace politique (Latte Abdallah, 2013, Pepicelli, 2011; Munteanu, 2020). Plusieurs études soulignent en revanche que les processus politiques post-2011 ont favorisé une remise en cause des droits des femmes (libertés individuelles, droit à l’avortement, droit au travail), associée à un contrôle renforcé de leur comportement et de leur corps (Debuysere, 2016; Gana et Sigillo, 2019). Dans le contexte des crises sociétale, politique et économique, générées par les bouleversements post-révoltes arabes, l’évolution du statut et de la situation des femmes semble être marquée par un paradoxe, lié d’une part à la réactivation des normes sociales patriarcales et à référent religieux, d’autre part aux résistances et mobilisations des femmes pour préserver leurs acquis, faire avancer leurs droits et conquérir de nouvelles positions dans l’espace public.
Ce panel propose d’explorer les dynamiques de genre en Afrique du Nord comme révélateur des paradoxes du changement sociopolitique post-2011. Nous sollicitons des communications basées sur des matériaux empiriques et abordant de manière critique les thèmes de la participation des femmes à l’espace politique, de leur intégration économique, des mobilisations féminines islamistes, de la place des femmes dans le mouvement social et les luttes pour les droits civils et politiques, etc.
Intervenants :
Belkacem Benzenine (Centre de recherche en Anthropologie sociale et culturelle, CRASC) : Les femmes algériennes et le « Hirak » : les enjeux de l’égalité des sexes dans un contexte de contestation
Naïma Bouras (Université Lumière Lyon 2, CEDEJ) : Les femmes salafistes dans le processus révolutionnaire en Égypte : reconfiguration des rôles dans la réalisation du projet islamique
Selma Hajri (Association de recherche-action Tawhida Ben Cheikh) : Le droit à la contraception et à l’avortement en Tunisie : des acquis malmenés par la révolution ?
Anca Munteanu (CNRS, UMR LADYSS) : Retour critique sur la participation des femmes islamistes à l’espace politique : fonctions, position(nement)s et revendications

Les interrelations partisanes en Afrique du Nord
Responsable : Steuer Clément (CNRS, Ladyss UMR 7533)

Résumé :
Les printemps arabes de 2011, et l’ouverture politique qui s’en est suivie dans plusieurs pays ont entraîné un regain d’intérêt pour les partis politiques de cette région du monde. Si certaines familles politiques (islamistes, gauche, « jeunes de la révolution ») ont fait l’objet de davantage d’attention que d’autres (libéraux, « contre-révolutionnaires », nationalistes arabes, régionalistes, écologistes), peu de travaux se sont penchés sur les relations entre familles politiques.
La décennie qui s’achève a cependant été très riche en termes de retournement d’alliances, de coalitions a priori « contre-nature » et d’hybridations plus ou moins stables. Ce processus de recomposition rapide et d’instabilité des alliances politiques qui n’épargne aucun pays d’Afrique du Nord nous contraint à repenser ce que l’on croyait savoir de l’islam politique, du socialisme arabe, ou encore du nationalisme libéral.
Comment ce processus affecte-t-il les rapports entre militants sur le terrain ? Quels effets exerce-t-il sur la cohésion interne des différents partis ? Comment les retournements d’alliance sont-ils justifiés sur le plan de l’idéologie, et quels modèles sont-ils mis en avant pour les légitimer ? Quels compromis sont négociés entre les différentes forces politiques, notamment en termes de programmes politiques et, le cas échéant, de politiques publiques ?
Intervenants :
Belkacem Benzenine (CRASC) : Les partis islamistes et les relations interpartisanes pendant le Hirak
Cherif Dris (École Nationale Supérieure de Journalisme et des Sciences de l’Information d’Alger) : Le Hirak sans partis politiques : aux sources de la disjonction
Maher Ben Rebah (CNRS, Ladyss UMR 7533) : Clivages et recomposition du champ partisan en Afrique du Nord (en Tunisie) depuis 2001 : essai de classification
Anca Munteanu (Université de Grenoble, Cerdap 2) : Les coalitions gouvernementales en Afrique du Nord : les limites de l’élargissement de la base sociale des régimes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search