Dossier. Les bouleversements politiques en Afrique du Nord au prisme de l’analyse électorale

Avec le soutien de l’ERC TARICA, le dossier intitulé : Les bouleversements politiques en Afrique du Nord au prisme de l’analyse électorale dirigé par Alia Gana et Gilles Van Hamme est paru dans la revue Maghreb – Machrek 2020/1 (N° 243), aux éditions ESKA, 114 p.

Résumé

Les études électorales constituent un terrain fécond d’analyse des dynamiques sociales et politiques qui traversent les sociétés en Afrique du Nord, notamment depuis 2011. Pour comprendre ces mutations, ni l’analyse des cénacles politiques et des recompositions des élites ni celle de la diversité des « sociétés profondes » ne suffisent ; les élections apparaissent dès lors comme un poste privilégié d’où il est possible d’observer les connexions complexes qui se nouent entre les acteurs politiques et la « société profonde». C’est sur ce postulat méthodologique que repose ce numéro[1].

C’est ainsi qu’à travers la comparaison des territorialités du vote au Maroc et en Tunisie, notamment du vote islamiste, Maher Ben Rebah, Gilles Van Hamme et David Goeury s’interrogent sur la nature différente des régimes marocains et tunisiens et sur la place qu’occupent les grands partis islamistes : le PJD marocain représente sinon une forme d’opposition au moins un contrepoids au pouvoir royal, trouvant un écho dans toutes les couches urbaines, mais éprouve des difficultés à s’implanter en milieu rural, faute de relais ; en revanche, Ennahdha reste cantonné aux quartiers populaires des grandes villes et à certaines zones conservatrices. Olivier Deau et David Goeury montrent aussi toute la complexité des socialisations urbaines au Maroc, où le déclin « des figures de notabilités traditionnelles » ne semble pas laisser la place à des citoyens informés et politisés, relativisant dès lors les scores électoraux du PJD, tant l’abstention électorale est devenue la norme. En Algérie aussi, comme le souligne Belkacem Benzenine dans sa contribution, l’abstention est la réponse la plus courante, à la mise en scène électorale. Cette abstention n’est d’ailleurs pas nécessairement celle le plus souvent observée dans les démocraties occidentales, plutôt influencée par le capital culturel des électeurs. Même si cette relation entre politisation et capital culturel existe bel et bien en Algérie, l’abstention apparait aussi comme un acte de refus de la mise en scène de la démocratie par l’élection, en particulier dans les milieux urbains où les réseaux du pouvoir semblent avoir moins de prise sur les comportements électoraux. Le théâtre des élections apparait aussi pour Clément Steuer comme un lieu privilégié pour l’analyse des mutations politiques de l’Égypte, en particulier pour observer les relais que l’État met en place pour s’implanter au sein de la société égyptienne. Enfin, en Libye, Rahem Soraya souligne que « les rivalités révélées lors des différentes élections législatives ont achevé de marquer l’enlisement de la construction de l’État à travers la mise en place d’organes provisoires successifs ».


[1] Ce dossier est le fruit d’une collaboration engagée depuis 2012 entre plusieurs chercheurs réunis autour des études électorales en Afrique du Nord dans le cadre du projet PROCELEC (Envi-Med/MAE) et de l’ERC TARICA (Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord), appuyé par le Conseil européen de la recherche (Programme Horizon 2020, convention de subvention n° 695674), https://tarica.hypotheses.org/


Consulter l’intégralité du dossier : https://www.cairn.info/revue-maghreb-machrek-2020-1.htm


Sommaire du dossier

Page 5 à 10. Introduction
Les bouleversements politiques en Afrique du Nord au prisme de l’analyse électorale
Alia GanaGilles Van Hamme
Consulter

Page 11 à 39.
Une analyse comparative des territorialités du vote au Maroc et en Tunisie : trajectoires politiques et électorales
Gilles Van HammeDavid GoeuryMaher Ben Rebah
Résumé Consulter

Page 41 à 55.
Les élections, principal théâtre de la crise de l’État égyptien
Clément Steuer
Résumé Consulter

Page 57 à 75.
La fin des notabilités urbaines ? Opinions, engagements et votes des citoyens urbains marocains. Entre nouvelles formes militantes et désaffiliation politique. Leçons de cinq observatoires urbains
Olivier DeauDavid Goeury
Résumé Consulter

Page 77 à 96.
La démocratie de l’abstention en situation autoritaire : retour sur les élections législatives et locales de 2017 en Algérie
Belkacem Benzenine
Résumé Consulter

Page 97 à 110.
L’impossible transition politique libyenne : intérêts croisés des acteurs libyens dans les processus électoraux
Soraya Rahem
Résumé Consulter



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search