Activités productives et contestations environnementales et territoriales : Perspectives nord-africaines

Séminaire de l’ERC TARICA  2020/2021
UMR 7533 LADYSS


Vendredi 15/01/2021 de 15h à 18h 


Inscription obligatoire au séminaire : lien

Marche de Chott salem vers la zone industrielle organisée par le mouvement Saker Lemsab (« Fermez le déversement »), Robert D., Gabès, 30 juin 2017
Séance de séminaire
« Activités productives et contestations environnementales et territoriales : Perspectives nord-africaines »

Organisation : Diane Robert, doctorante ERC TARICA, Université Paris I, Laboratoire LADYSS

Cette séance du séminaire ERC Tarica met en perspective des recherches menées au Maroc et en Tunisie sur des conflits et mobilisations autour de diverses activités extractives et des nuisances environnementales qu’elles génèrent. L’approche comparée permettra d’explorer les ressorts des mobilisations, leurs répertoires d’action et les réponses qui leur sont apportées par les pouvoirs publics. Il s’agira d’interroger la capacité des mouvements de contestation à remettre en question les politiques publiques et les modèles de développement et d’aménagement du territoire dont celles-ci s’inspirent.

La mise en perspective des différentes études de cas cherchera également à identifier les (ré)arrangements institutionnels et les recompositions territoriales auxquelles ces dynamiques donnent lieu, notamment en lien avec la redéfinition du rôle de l’État et l’intervention accrue du secteur privé. Enfin, la séance mettra en lumière les manières dont les enjeux environnementaux ont été saisis par la diversité des acteurs impliqués dans ces mobilisations, dont la particularité est d’’articuler problématiques socioéconomiques, politiques et territoriales. 

Discutant.e.s :  

  • Raphaëlle Chevrillon-Guibert (IRD, UMR PRODIG)  
  • Tarik Dahou (IRD)

Intervenant.e.s

  • Mohammed BENIDIR : Enseignant-chercheur en sociologie à l’Ecole Nationale d’Architecture de Tétouan.

Domanialité des ressources et contestation délibérative. Le cas de la communauté contre la mine d’argent d’Imiter (Sud-Est du Maroc)

Résumé : La présente communication porte sur l’analyse de deux mobilisations autour de l’exploitation minière dans le Sud-Est du Maroc. À Imider, à la mobilisation de la jema’a des notables qui a eu lieu en 2005 se succède alors celle composée, outre une partie de ces derniers, des femmes, des étudiants et des chômeurs qui s’étale entre 2011 et 2019. À travers l’association des usagers des eaux agricoles (AUEA), les notables utilisent la cellule traditionnelle et l’assemblée délibérative en place réinventée dans un registre moderne. Pour leur part, les militants du Mouvement sur la voie de 96 revivifient le système d’assemblée de l’agraw pour structurer la contestation contre la holding minière de Managem. Nous chercherons à répondre aux questions suivantes : Dans quelle mesure la réinvention des structures délibératives traditionnelles favorisent-elles une transformation des cadres de la mobilisation et la montée en généralité des intérêts collectifs revendiqués dans une échelle déterminée ? Comment une délibération contestataire contre l’exploitation minière se structure-t-elle par monter en généralité tout en restant dans deux échelles territoriales différentes mais qui s’imbriquent, infra-communale pour les notables et strictement communale pour les militants du Mouvement sur la voie de 96 ? Autrement dit, comment se territorialisent et se matérialisent les problèmes de la nature, au sens où l’entend Dewey (1929), dans ce contexte ? Par-delà la diversité des manières de faire des uns et des autres, comment se saisissent-ils de ceux-ci pour remettre en cause, par conscience ou non, les systèmes domaniaux régissant les ressources touchées par l’exploitation minière ? 

  • Olivier DEAU : doctorant ERC TARICA, Université Paris I Panthéon Sorbonne, Laboratoire LADYSS.

Usages et valeurs des questions environnementales dans le mouvement social : le cas du hirak de Jerada

Résumé : Le mouvement social de Jerada a été  l’un des mouvements sociaux territoriaux, un « hirak », dont le déclenchement (décembre 2017 – mars 2018) a eu une répercussion médiatique nationale forte au Maroc, à la suite notamment de celui de Al Hoceima (2016-2017) ravivant la thématique du «  stress territorial » (Naciri, 1999) et de la qualité des politiques publiques territoriales dans les régions « excentrées ». Jerada est également un territoire marqué par son passé industriel et minier, la reconversion de son industrie charbonnière en une multitude de descenderies de charbon informelle, un « rétrécissement » de la ville et de son économie sur des configurations économiques et politiques dégradées. L’absence de pluralisation politique et la recomposition politique par le bas, à travers une structuration par quartier de la protestation a fait émerger un cahier de  revendications insistant sur l’emploi et la lutte contre la précarité tout en absorbant des préoccupations sur la qualité de vie, la santé et le questionnement des projets industriels notamment celui de la nouvelle centrale énergétique charbonnière mise en service en 2019 par la société chinoise Sepco. Le questionnement de l’implantation de la centrale, ses effets sur l’habitat aux alentours, sur l’emploi et sur la qualité de vie a nourri des registres discursifs et les revendications du mouvement social de manière directe et indirecte.

  • Diane ROBERT : doctorante ERC TARICA, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Laboratoire LADYSS

Mises en cause des activités industrielles en Tunisie : quelle articulation entre la contestation des débordements environnementaux et celles des injustices territoriales ?

Résumé : En Tunisie, ces dernières années, de nombreuses mobilisations locales ont mis en cause des activités industrielles à plusieurs niveaux. D’une part, pour leurs débordements environnementaux et sociaux (Letté, 2012), ce qui a donné lieu à une mise en visibilité de la dégradation des conditions de reproduction sociale au niveau local : pollutions nuisant à des activités économiques (agriculture, pêche, tourisme, etc.) et à la santé des populations riveraines, surconsommation des ressources naturelles locales, risques anticipés de nuisances associés à des projets de dépotoirs, emprise des entreprises sur la vie du territoire, etc. D’autre part, parce que les compensations à ces débordements en termes d’emplois et de redistribution des richesses ou encore la contribution des entreprises au « développement » de la région sont jugées insuffisantes, ce qui questionne « l’asymétrie sociale et spatiale de l’État » (Hibou, 2015). À partir d’exemples dans les régions de Gabès et de Sfax, il s’agira de discuter des différentes manières dont s’articulent les registres de revendication dans ces mobilisations. Ensuite, on interrogera les réponses adressées aux mobilisations, notamment les (ré)arrangements et recompositions territoriales qui en résultent.


Nous contacter : erc.tarica[at]gmail.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search