Pouvoir politique et champ économique Tunisien après 2011

Séminaire de l’ERC TARICA


Vendredi 27 novembre 2020, de 16h à 18h


Visioconférence
S’inscrire ici pour recevoir le lien 

Discutante :

  • Dilek YANKAYA : Maîtresse de conférences à Sciences Po Aix / Cherpa et chercheuse associée ERC-TARICA

Intervenante :

Pouvoir politique et champ économique Tunisien après 2011

La fuite du président Ben Ali le 14 janvier 2011 enclenche un changement politique majeur en Tunisie dans lequel le parti islamiste Ennahdha accède au pouvoir avec des résultats électoraux dépassant largement les autres partis (Gana, Van Hamme, Ben Rebah, 2012). Tandis que les anciennes élites politiques et économiques sont remises en cause1, de nouveaux « cercles dirigeants » se structurent autour de réseaux de coopération et d’influence pour agir dans le champ économique et promouvoir l’institution de pratiques issues de la sharîa dans le champ économique. Cette nouvelle élite politique et économique accède aux ressources leur permettant de consolider des positions de pouvoir nouvellement acquises.
C’est dans ce contexte politique favorable qu’apparaît en Tunisie le projet de loi (2013) visant à la réinstauration du waqf (habous) abolie en 1957, que sont introduits dans le droit national des contrats de finance islamique visant au développement de ses marchés (2016) ou encore le projet d’institutionnalisation de la zakat par la création d’un fond pour « soutenir les efforts de l’État » proposé au parlement d’abord en 2015 puis par le mouvement Ennahdha et la Coalition Al-Karama (2019). Ces projets de loi observent de nombreuses oppositions et seule la finance islamique a été réglementée par la loi de Finance 2016. Pour autant la loi n’est pas le seul outil d’influence et de capacité d’agir du pouvoir politique dans le champ économique, et les controverses autour de ces projets de loi montrent la présence et la confrontation de différents modèles de société.
La première partie de cette communication cherche à observer les interrelations et les interdépendances entre pouvoir politique et élites économiques. Comment et en quoi le changement de pouvoir politique, de la classe gouvernante, influence le champ économique ? Et inversement comment les élites économiques participent et influencent le pouvoir politique et orientent les politiques publiques ?
Une seconde partie observe la confrontation des modèles de société et les conflits sociaux à partir des controverses autour des projets de loi visant l’institution de pratiques issues de la sharîa dans le champ économique, à savoir le waqf, la finance islamique et les fonds zakat. En conclusion et à partir des hypothèses formulées par Daniela Pioppi (2004) sur l’autonomisation (relative) de la société civile et marchande par rapport à l’État en Égypte, nous interrogerons les enjeux et ce qu’ils révèlent du point de vue des relations entre les institutions religieuses, l’État et la société civile et marchande.

  1. Les mouvements « dégage ! » durant l’instantané révolutionnaire ou encore les conflits autour de la loi de la réconciliation proposée par le président Essebsi (2017) avec notamment le mouvement Menich Msemeh (je ne pardonne pas). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search