Pas de révolution pour la police ? Syndicats et organisations internationales autour de la « Réforme du secteur de la sécurité » en Tunisie après 2011

Avec le soutien de l’ERC TARICA, l’article intitulé « Pas de révolution pour la police ? Syndicats et organisations internationales autour de la « Réforme du secteur de la sécurité » en Tunisie après 2011 » de la chercheuse Audrey Pluta est paru dans le numéro 84 | 2020 « La police à l’épreuve de la démocratie », sous la direction de Pascale Dufour, Francis Dupuis-Déri et Anaïk Purenne dans la revue Lien social et Politiques (LSP)

RÉSUMÉ

Cet article interroge les projets menés au nom de la réforme et de la démocratisation de la police en Tunisie post-révolution. La période suivant le départ de Ben Ali a effectivement connu une série de réajustements au sein des forces de sécurité, notamment à la suite d’une ouverture sur de nouvelles sources d’influence, émanant de professionnels de la sécurité organisés sous forme de syndicats ou d’associations, ou bien d’acteurs internationaux. Partant d’une analyse du projet de police de proximité porté par le PNUD et le ministère de l’Intérieur, cet article tâchera de montrer que, si les structures et les normes régissant les forces de l’ordre ne connaissent pas de modification profonde, le rapprochement entre policier et citoyen mené au nom de la réforme a pour effet de sélectionner la participation citoyenne en excluant les dominés. L’action menée par les syndicats policiers nouvellement formés contribue encore à réduire le spectre du changement politique en réduisant le contrôle sur les policiers en même temps que leur redevabilité vis-à-vis de la population. Ces syndicats parviennent, en reprenant à leur propre compte les discours de la « Réforme du secteur de la sécurité » (RSS), à légitimer et à consolider leur position de représentants des corps policiers. Il s’agira donc de revenir sur un processus de changement à l’œuvre sans présumer de son issue, en le réinscrivant dans sa temporalité politique et entre les lignes de tension entourant la définition de ses termes au sein des forces de l’ordre.

Mots-clés : Réforme du secteur de la sécurité, police de proximité, Tunisie, action publique de sécurité, relation police-population, syndicalisme policier

Consulter le texte intégral de l’article
https://www.erudit.org/fr/revues/lsp/2020-n84-lsp05292/1069446ar.pdf

Consulter le numéro complet :
http://lsp.inrs.ca/numero-84-2020/

Citer cet article
Pluta, A. (2020). Pas de révolution pour la police ? Syndicats et organisations internationales autour de la « Réforme du secteur de la sécurité » en Tunisie après 2011. Lien social et Politiques, (84), 122–141. https://doi.org/10.7202/1069446ar


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search