Archives mensuelles : mars 2017

Alia Gana

Alia GANA, directrice de recherche au CNRS, actuellement en affectation à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC, Tunis), est docteur en économie de l’Université Paris10 et PhD en sociologie de l’Université de Cornell (USA), membre du LADYSS (UMR 7533) et de l’école doctorale Espaces et Sociétés (ED434) de l’Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne. Ses recherches explorent les liens entre développement, territoires et démocratie, à la lumière des bouleversements politiques en Afrique du Nord, et à travers diverses entrées thématiques : les conflits et les mobilisations collectives pour l’accès aux ressources et au cadre de vie ; la gouvernance des biens communs et des territoires ; le rapport au politique et les comportements électoraux. Son parcours professionnel l’a amenée à travailler dans des institutions d’enseignement et de recherche, en Tunisie, en France et aux Etats-Unis, où elle a été visiting professor, notamment à l’Université de Cornell. Elle a enseigné au département de sociologie de l’Université Paris 10 Nanterre et aux départements de géographie de l’Université Paris 1 et de l’Université Paris 7 et a coordonné plusieurs projets de recherche internationaux, dont le projet Processus électoraux et territoires en Afrique du Nord (PROCELEC). Elle est membre du conseil scientifique de la MSH SUD, du Labex Dynamite et de la fédération de recherche Collège internationale des sciences du territoire (CIST). Elle est lauréate du programme 2015 « Advanced Grants » du Conseil européen de la recherche (projet TARICA).

Parmi ses publications récentes figurent :

Turki S. et A. Gana, 2017, « Les territoires ruraux en Tunisie à l’épreuve de la communalisation : entre complexité de la réforme et enjeux politiques », Maghreb-Machrek, 2015/4 (N° 226), 53-71.

Gana A. et G. Van Hamme (Dir), 2016. Processus électoraux et territoires en Tunisie. Les enseignements des scrutins post-révolution, Karthala, Paris, 235p.

Gana A., 2016, « Rural and farmers’ protest movements in Tunisia and Egypt in the era of Arab revolts », Migration and Agriculture. Mobility and change in the Mediterranean area, ed. A. Corrado, C. De Castro, and D. Perrotta, Londres, Routledge.

Gana A. et Y. Richard (dir.), 2014. La régionalisation du monde : construction territoriale et articulation global/local, IRMC-Karthala, Paris, 276 p.

Gana A. et T. Abdelhakim T.  2013. Les agricultures du Maghreb-Machrek à l’épreuve de la crise alimentaire et des révolutions arabes, Maghreb-Machrek, ed ESKA, n°215.

TARICA

Le projet TARICA a pour objectif d’analyser les mutations en cours dans le nord de l’Afrique sous l’angle de la diffusion, confrontation et hybridation de divers modèles politiques, sociétaux et économiques, et en tant que produit de l’appropriation et de la réinterprétation qu’en font les acteurs. Il s’agit de saisir la manière dont différents acteurs publics, privés et associatifs se positionnent dans les espaces ouverts par l’effondrement ou la remise en cause des systèmes politiques autoritaires, et d’analyser leurs stratégies en lien avec les modèles de référence et les registres normatifs qui inspirent leurs actions. L’objectif est aussi d’identifier les facteurs et les processus qui rendent possible (ou qui empêchent) la mise en place de dispositifs institutionnels à même de gérer la diversité sociale, le pluralisme et les conflits. A partir de cette approche centrée sur les acteurs, nous cherchons à mettre en évidence les processus complexes qui contribuent à la diversité des trajectoires suivies par les cinq pays d’Afrique du Nord directement ou indirectement touchés par les « révoltes arabes », à savoir la Tunisie, l’Égypte, le Maroc, l’Algérie et la Libye, chacun de ces pays représentant un cas d’étude, voire un « modèle » à part entière. S’appuyant sur une approche pluridisciplinaire et comparative, qui articule différents niveaux d’analyse, le projet propose d’explorer ces différents processus à travers trois entrées thématiques complémentaires : (i) les recompositions et les formes de régulation politique, (ii) la justice transitionnelle et les modèles de réconciliation, (iii) les modèles de développement et de justice sociale.