Archives de catégorie : Equipe de Tarica

Les biographies des chercheurs membre du programme Tarica

Belkacem Benzenine

Belkacem Benzenine est chercheur permanent au CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle à Oran). Il est docteur en philosophie politique de
l’Université Charles-de-Gaulle – Lille III.
Dans ses recherches, il examine la place des femmes dans les champs politique et religieux.
Il s’intéresse également aux transformations politiques dans les pays touchés par les
« révolutions arabes ». En 2014-2015, il a été Fulbright Visiting Schloar à Fordham
University en menant un projet sur les politiques publiques à l’égard des femmes dans les
pays arabes : Maroc et Égypte.
Il a dirigé une équipe de recherche sur les Femmes élues et la représentation politique en
Algérie.

Parmi ses publications :
2016. « Symbolique et portée politiques du geste de Rabia en Egypte », Revue Les Mots, les langages du politique, n° 110, p. 99-118.
2016. « Les femmes et le « printemps arabe » : entre émancipation et désillusion », in
Française Saquer-Sabin et Emmanuel Persyn (dir), Regards sur le Proche-Orient éclaté,
Lille, Éditions du Conseil scientifique de l’Université Lille 3.
2014. Penser la laïcité dans les pays arabes (Paris : Éditions l’Harmattan).
2013. « Les Femmes Algériennes au Parlement. La politique des quotas à l’épreuve des
réformes politiques », Revue Égypte/ Monde Arabe, Troisième série, n° 10.

Maher Ben Rebah

Maher Ben Rebah, chercheur post-doctorant au CNRS au sein l’ERC TARICA, rattaché à l’UMR 7533 LADYSS, est agrégé en géographie de l’ENS de Tunis et Docteur en géographie et l’Université Paris Diderot et de l’Université de Tunis. Son expérience professionnelle associe l’enseignement, la recherche et l’ingénierie de la recherche. Il a enseigné en tant qu’ATER à l’Université Paris 8 et en tant que chargé de cours à l’Université Paris 7, à l’Université de Reims et à l’Université Paris Est Marne-La-Vallée. Il a été également chargé de recherches et coordinateur scientifique dans le cadre de divers projets de recherches internationaux pluridisciplinaires comme EsponDatabase and data development (https://www.espon.eu/programme/projects/espon-2013/scientific-platform/espon-database-2013) et Spotlight (https://www.spotlightproject.eu/).

Ses recherches initialement développées autour de la modélisation de l’évolution du découpage administratif tunisienont été actualisées depuis 2011 pour s’intéresser aux réformes territoriales dans le processus de démocratisation en Tunisie et en Afrique du Nord. Parallèlement, il a développé une solide expérience en géographie et cartographie électorale.

Parmi ses publications récentes figurent :

Beauguite L. et Ben Rebah M., 2017,« Espace méditerranéen, vers une convergence politique ? In Brahim F. Et Ben Ahmed A., “Espace d’action, espace en action : la Méditerranée à l’invite de la géographie”. Actes du colloque du département de géographie de l’Université de Sousse, pp. 393-403.

Vanhamme G, Gana A et Ben Rebah M.,2016,  “De 2011 à 2014 : refonte du paysage politique et continuités socio-territoriales”. In Alia Gana et Gilles Vanhamme, Elections et territoires en Tunisie, enseignement des scrutins post-révolution (2011-2014). Chapitre 4, pp. 205-224.

Ben Rebah M, Gana A et Vanhamme G, 2016, “Comprendre la géographie du vote d’octobre 2011”. In Alia Gana et Gilles Vanhamme, Elections et territoires en Tunisie, enseignement des scrutins post-révolution (2011-2014). Chapitre 4, pp, pp. 71-86.

Gana A., Vanhamme G. et Ben Rebah M., 2014,  « Social and socio territorial Social and socio-territorial electoral base of political parties in post-revolutionaryTunisia », The Journal of NorthAfricanStudies, Volume 19, Issue 5.

Gana A., Vanhamme G. et Ben Rebah M., 2012, «Géographie électorale et disparités socio-territoriales : les enseignements des élections pour l’assemblée nationale constituante en Tunisie». L’Espace Politique n°18, http://espacepolitique.revues.org/2486

Mohamed Oubenal

Mohamed Oubenal has a PhD in sociology from Paris-Dauphine University that has been published as a book under the name of « La légitimation des produits financiers: Le réseau de promotion des Exchange Traded Funds (ETF) en France ». His research interests include economic sociology and sociology of culture. During his doctoral and postdoctoral fellowships he studied the process of legitimizing institutions and markets using qualitative methods and social network analysis (see his articles published in: Ecology and Society ; Journal of International Relations and Development ; Gérer et comprendre). He is currently researcher in sociology at Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) at Rabat (Morocco). His is now studying the transformations of amazigh society (article to be published in Asinag and book chapters under publication) as well as economic elites (articles in: Critique internationale ; Revue Marocaine des Sciences Politiques et Sociales).

Inside the Tarica project, Mohamed Oubenal is mainly contributing to the work group Economic elites and political power. He will study the process of dissemination and transformation of the neoliberal model of corporate governance in Morocco and Tunisia by focusing on the institutional entrepreneurs, the economic actors and the political context of this process. Mohamed Oubenal will also study the strategies and values of entrepreneurs with amazigh identity in Morocco and their relationships with other actors.

Selected publications :

Oubenal, M. (à paraître), « De l’autogouvernement local des souks de l’Anti-Atlas à leur prise en charge par le marché », in : Aboulkacem et al. (dir.), Le droit communautaire en milieux amazighes. Organisation, instrumentalisation et transformation. Rabat, Les éditions IRCAM.

Oubenal, M (à paraître), « Les relations économiques entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne : entre rhétorique de coopération Sud-Sud et stratégie économique d’intermédiation. », in : Yolande Benarrosh (Dir.), Travail et mondialisation au Maghreb : Approches pluridisciplinaires et jeux d’échelles, Paris, Karthala.

Oubenal, M. & Zeroual, A. (2017), « Gouverner par la gouvernance : les nouvelles modalités de contrôle politique des élites économiques au Maroc », Critique Internationale, 74, pp. 9-32.

Oubenal M. & Zeroual A. (2017), « Les transformations de la structure financière du capitalisme marocain »,Revue Marocaine des Sciences Politiques et Sociales, Vol 14 (Hors-série sur l’économie politique du Maroc), pp. 137-160.

Oubenal, M. (2016), Crony Interlockers and the Centrality of Banks: the Network of Moroccan Listed Companies, Economic Research Forum Working Papers N° 1066.

 

 

Dilek Yankaya

Dilek Yankaya est chercheuse post-doctorante ERC Tarica au Ladyss-Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Titulaire d’un doctorat en science politique obtenu en 2011 à l’IEP de Paris, elle a enseigné à
l’Université Paris 1,  Sciences Po Paris et à l’Université de Reims. Elle est auteure de La nouvelle
bourgeoisie islamique : le modèle turc (PUF, 2013), ouvrage primé en 2013 et édité en turc en 2014.
Ses recherches s’inscrivent dans les domaines de la sociologie politique, de la sociologie de
l’international et la sociologie des élites. Elles interrogent les rapports entre élites économiques et action publique. Son projet postdoctoral porte sur les circulations transnationales matérielles et politico-symboliques entre catégories d’acteurs revendiquant de l’islam et engagés dans des
trajectoires de mobilité sociale dans le Moyen-Orient. Dans le cadre de ERC Tarica, elle coordonne le groupe de travail « Elites/acteurs économiques et pouvoir politique ».

Parmi ses publications récentes figurent :

La nouvelle bourgeoisie islamique : le modèle turc, Paris, PUF, 2013, 216p.
« Crafting a Business Umma ? Transnational networks of ‘Islamic businessmen’ after the Arab
Spring», avec Marie Vannetzel, Mediterranean Politics, 2017.
« Etude des reconfigurations patronales de la dérive autoritaire en Turquie, entre contestation,
domination et crise », Mouvements, No. 90, 2017, p. 38-47.
« La Fabrique d’une ville-monde orchestrée par l’État. Effets politiques et urbains des investissements immobiliers du Golfe à Istanbul », avec Claire Beaugrand, Anatoli, No. 7, 2016, p. 249-268.
« “Cultural action” as mode of domination: The Islamic businessmen’s International Trade Fair and the economic, symbolic and relational configurations of a cultural model», in Polo, Jean-François, Girard, Muriel, Scalbert-Yucel, Clémence (éd.), The making of cultural policies in Turkey.
Circulations, territories, and actors, Palgrave, 2018.

Gilles Van Hamme

Gilles Van Hamme est professeur à l’Université Libre de Bruxelles. Il y enseigne la géographie économique et la géographie politique. Ses travaux récents en géographie économique portent en particulier sur les dynamiques du système-monde, en particulier à travers l’étude du commerce internationale, ainsi que sur les processus de métropolisation et leurs impacts sociaux dans les villes européennes. Il est aussi spécialiste de géographie électorale et ses travaux ont notamment porté sur l’impact des formes d’encadrement social sur le vote en Belgique et en Europe. Depuis 2011, il a étendu le champ géographique de ses recherches en géographie électorale à l’Afrique du Nord. Il a notamment publié avec Alia Gana un livre sur les élections de 2011 et de 2014 en Tunisie qui, en combinant des approches de géographie et de sociologie électorales, donne un éclairage sur les dynamiques sociales et politiques de la Tunisie post-Ben Ali.

Enrique Klaus

Enrique Klaus, chercheur post-doctorant au sein de l’ERC-TARICA, actuellement en
affectation à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC, Tunis), est docteur
en science politique de l’IEP de Grenoble. Sa thèse porte sur les rapports entre médias et
politiques en contexte autoritaire et, plus particulièrement, sur les usages des scandales de
mœurs dans la vie politique égyptienne pendant la dernière décennie du règne de Hosni
Moubarak. A la faveur des révoltes arabes, il a diversifié ses terrains d’enquête,
principalement dans les Etats du Maghreb central (Algérie, Maroc, Tunisie). Ses travaux au
sein de l’ERC-TARICA s’inscrivent principalement dans l’Axe 1 dédié aux recompositions et
aux formes de régulation politique, saisies à travers les autorités de régulation audiovisuelle
marocaine, tunisienne et algérienne. Ses recherches portent sur l’institutionnalisation de ce
type de dispositif, mise en place dans des conjonctures de transition politique, et sur les
modalités sociotechniques de régulation du pluralisme politique, notamment lors des rendez-
vous électoraux. Elles portent également sur la production normative de ce type d’instance,
sur laquelle celles-ci assoient leur autorité. Il a séjourné en résidence scientifique au CEDEJ
(Le Caire, 2003-2011), CJB (Rabat, 2011-2013) et à l’IRMC (Tunis, 2013-2017) et a
également enseigné à l’Université du Caire (2007-2011), l’Ecole de Gouvernance et
d’Economie de Rabat (2011), l’Université internationale de Rabat (2011-2013), et l’Institut
Tunis-Dauphine (2014).

Parmi ses publications récentes figurent :

– « La restauration autoritaire au prisme des instruments de propagande. Le cas de l’agence
Tunis Afrique Presse (TAP) », Politique africaine, vol. 146, no. 2, 2017
– Les presses privées post-2011 en Tunisie. Mutations économiques et politiques, Questions
de communication, 37, 2017
– « La transformation des marchés à l’épreuve du redéploiement de la souveraineté
médiatique de l’État au Maghreb. Éléments d’analyse comparative entre les expériences
marocaines et tunisiennes de régulation audiovisuelle », in D. Marchetti (avec J. Paris) (dir.),
Productions et circulations transnationales des biens médiatiques dans les mondes arabes et
musulmans, Paris, Open Edition – CJB, 2016
– « L’autorité de la HAICA sur le secteur tunisien des médias : Un anachronisme
transitionnel ? », L’Année du Maghreb, 13, 2015
– « Scandals in Egypt and the Manufacturing of Religious Norms in the Public Sphere », in
Ch. Kutz, H. Riss, O. Roy (dirs.), Religious Norms in the Public Sphere. Proceedings on a
Conference held at U.C. Berkeley, May 6-7 2011, Florence, European University Institute,
2015 [DOI:10.2870/298]
– « Graffiti and Urban Revolt in Cairo », Built Environment, Vol. 40, n°1, 2014
– « Égypte : la ‘Révolution du 25 Janvier’ en contrechamp. Chroniques des ‘comités
populaires’ d’al-Manyal au Caire », Revue marocaine de sciences politiques et sociales,
Hors-série (Vol IV), 2012

Eric Gobe

Eric Gobe, politiste et sociologue, est directeur de recherche au CNRS à l’IRMC de Tunis. Ses travaux portent principalement sur la sociologie des professions judicaires et des réformes de la justice dans la Tunisie post-Ben Ali. Il coordonne actuellement à l’IRMC un programme de recherche sur « Justice et politique dans le Maghreb post-révoltes arabes ». Il est, entre autres, l’auteur de Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb, Aix-en-Provence, IREMAM, Open Editions Books, les e_nédits de l’Iremam, <http://books.opnedition.org/iremam>, 2015 ; Les avocats en Tunisie de la colonisation à la révolution (1883-2011). Sociohistoire des d’une profession politique, Paris, Karthala-IRMC, 2013 ; avec Larbi Chouikha Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance, Paris, Coll. Repères, La Découverte, 2015. Il est également membre du comité de rédaction de l’Année du Maghreb et du comité scientifique de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée.

 

Jérôme Heurtaux

Jérôme Heurtaux est maître de conférences en Science Politique à PSL Research University, Université Paris-Dauphine, chercheur à l’IRISSO (UMR 7170) et à l’IRMC.

Il est core researcher du projet ERC « TARICA » et co-responsable de l’axe 1, « Recompositions du pluralisme et circulation des modèles dans le monde arabe ». Il est membre du projet « EUNPACK » (Horizon 2020) et coordinateur de l’École doctorale itinérante en sciences sociales Afrique du Nord-Afrique sub-saharienne.

Il est spécialiste de sociologie des changements de régime et de politique comparée, de l’Europe centrale et orientale postcommuniste (Pologne) et du monde arabe après les soulèvements de 2010-2011 (Tunisie). Ses domaines de recherche sont la sociologie des crises politiques, des élites et des partis politiques.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Introduction à l’Europe postcommuniste (avec Frédéric Zalewski, De Boeck, 2012) ; Paris en campagne (avec Éric Agrikoliansky et Brigitte Le Grignou, Croquant, 2011) ; 1989 à l’Est de l’Europe. Une mémoire controversée (avec Cédric Pellen, Aube, 2009) et Les sens du vote. Enquête sur des électeurs français (Collectif SPEL, PUR, 2016). À paraître : La construction de la démocratie par le droit. Sociologie politique de la Pologne (Presses de Sciences po, 2017).

Il enseigne la politique comparée, la sociologie politique, les politiques transnationales et la sociologie des crises à Paris Dauphine, à Paris Dauphine campus Tunis et à Sorbonne Abu Dhabi (PSUAD).

Il parle français, anglais, espagnol, polonais et apprend le dialecte tunisien.

 

Dr. Jérôme Heurtaux is Associate professor in political science at PSL Research University, Paris-Dauphine University, researcher at IRISSO (UMR 7170) and IRMC.

He is core researcher of the ERC project “TARICA” ​​and co-responsible for axis 1, “Recompositions of pluralism and circulation of models in the Arab world”. He is a member of the project “EUNPACK” (Horizon 2020) and coordinator of the Traveling Doctoral School in Social Sciences North Africa and Sub-Saharian Africa.

He is a specialist in sociology of regime change and comparative politics, post-communist central and Eastern Europe (Poland) and the Arab world after the 2010-2011 uprisings (Tunisia). His fields of research are the sociology of political crises, elites and political parties.

He is the author of several books, including Introduction à l’Europe postcommuniste (with Frédéric Zalewski, De Boeck, 2012) ; Paris en campagne (with Éric Agrikoliansky et Brigitte Le Grignou, Croquant, 2011) ; 1989 à l’Est de l’Europe. Une mémoire controversée (with Cédric Pellen, Aube, 2009) et Les sens du vote. Enquête sur des électeurs français (SPEL, PUR, 2016). To be published : La construction de la démocratie par le droit. Sociologie politique de la Pologne (Presses de Sciences po, 2017).

He teaches comparative politics, political sociology, transnational politics and the sociology of crises in Paris Dauphine, Paris Dauphine campus Tunis and Sorbonne Abu Dhabi (PSUAD).

He speaks French, English, Spanish, Polish and learns the Tunisian dialect.

Audrey Pluta

Audrey Pluta est doctorante, au sein de l’ERC TARICA, en science politique à l’Institut d’études politiques d’Aix-en- Provence depuis octobre 2017. Ses recherches portent sur les questions de défense et de sécurité en Tunisie après 2011. Elles interrogent les interactions entre sphères politiques, militaires et sécuritaires en contexte postrévolutionnaire. Audrey analyse les reconfigurations de l’appareil sécuritaire tunisien, les rapports entre politique et militaire, le rôle et l’appropriation locale des programmes de coopération de la communauté internationale.
Dans le cadre de Tarica, elle s’inscrit dans l’axe « Recomposition et régulations politiques », au sein duquel elle travaille sur les transformations des appareils sécuritaires, et les circulations des modèles de réforme du secteur de la sécurité à l’échelle régionale. Elle est actuellement affiliée à l’IRMC de Tunis.

Diane Robert

Diane Robert est doctorante, au sein de l’ERC TARICA, en géographie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, rattachée au laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS – UMR 7533). Elle est titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Ecole centrale de Nantes et d’un master en urbanisme obtenu à l’Institut royal de technologie (KTH) de Stockholm.
Ses recherches portent sur les mobilisations autour des problématiques environnementales qui ont émergé en Tunisie après la chute du régime autoritaire de 2011 et leurs interactions avec les revendications liées au développement. Elles s’insèrent principalement dans l’axe 3 du projet TARICA sur les modèles de développement, de gouvernance et de justice sociale.

Alia Gana

Alia GANA, directrice de recherche au CNRS, actuellement en affectation à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC, Tunis), est docteur en économie de l’Université Paris10 et PhD en sociologie de l’Université de Cornell (USA), membre du LADYSS (UMR 7533) et de l’école doctorale Espaces et Sociétés (ED434) de l’Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne. Ses recherches explorent les liens entre développement, territoires et démocratie, à la lumière des bouleversements politiques en Afrique du Nord, et à travers diverses entrées thématiques : les conflits et les mobilisations collectives pour l’accès aux ressources et au cadre de vie ; la gouvernance des biens communs et des territoires ; le rapport au politique et les comportements électoraux. Son parcours professionnel l’a amenée à travailler dans des institutions d’enseignement et de recherche, en Tunisie, en France et aux Etats-Unis, où elle a été visiting professor, notamment à l’Université de Cornell. Elle a enseigné au département de sociologie de l’Université Paris 10 Nanterre et aux départements de géographie de l’Université Paris 1 et de l’Université Paris 7 et a coordonné plusieurs projets de recherche internationaux, dont le projet Processus électoraux et territoires en Afrique du Nord (PROCELEC). Elle est membre du conseil scientifique de la MSH SUD, du Labex Dynamite et de la fédération de recherche Collège internationale des sciences du territoire (CIST). Elle est lauréate du programme 2015 « Advanced Grants » du Conseil européen de la recherche (projet TARICA).

Parmi ses publications récentes figurent :

Turki S. et A. Gana, 2017, « Les territoires ruraux en Tunisie à l’épreuve de la communalisation : entre complexité de la réforme et enjeux politiques », Maghreb-Machrek, 2015/4 (N° 226), 53-71.

Gana A. et G. Van Hamme (Dir), 2016. Processus électoraux et territoires en Tunisie. Les enseignements des scrutins post-révolution, Karthala, Paris, 235p.

Gana A., 2016, « Rural and farmers’ protest movements in Tunisia and Egypt in the era of Arab revolts », Migration and Agriculture. Mobility and change in the Mediterranean area, ed. A. Corrado, C. De Castro, and D. Perrotta, Londres, Routledge.

Gana A. et Y. Richard (dir.), 2014. La régionalisation du monde : construction territoriale et articulation global/local, IRMC-Karthala, Paris, 276 p.

Gana A. et T. Abdelhakim T.  2013. Les agricultures du Maghreb-Machrek à l’épreuve de la crise alimentaire et des révolutions arabes, Maghreb-Machrek, ed ESKA, n°215.