Justice transitionnelle et modèles de réconciliation

Colloque international – Justice et politique dans le Maghreb post-révoltes arabes. Réforme, Institutions, Réconciliation – Organisé par l’ERC TARICA, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) et la Konrad-Adenauer-Stiffung – 21 et 22 avril 2017 – Tunis

Après avoir été l’espace de l’exception autoritaire, le monde arabe est devenu, au premier semestre de 2011, celui des « révolutions ». Au leitmotiv de l’incapacité congénitale des pays arabes d’accéder aux délices démocratiques a succédé le discours sur les « printemps arabes » et l’effet de domino supposé de la « révolution tunisienne » qui, le 14 janvier 2011, avait chassé son « dictateur ». Aujourd’hui le bilan est maigre : la plupart des régimes autoritaires sont largement parvenus à museler les mouvements de protestation, seule la Tunisie semble surnager et être engagée dans un processus de transition pactée entre les différents acteurs politiques. Dans une telle configuration, il s’agira de s’interroger sur les modalités du déploiement des relations entre la justice et le pouvoir politique ces dernières années en Algérie, au Maroc et en Tunisie, autrement dit dans des pays du Maghreb connaissant des dynamiques politiques divergentes. Pour analyser la recomposition et/ou la reproduction des rapports entre justice et politique, ce programme de recherche, s’articule autour de trois axes : le premier analyse les logiques politiques qui sous-tendent la thématique réformatrice de la justice ; le second se focalise sur le positionnement des professions juridiques dans le fonctionnement de la justice au cours de ces dernières années ; le troisième axe s’intéresse aux procès consécutifs à la chute d’un régime autoritaire, ainsi qu’à la justice dite transitionnelle en se centrant sur les ambiguïtés politiques véhiculées par la mise en œuvre d’une « justice de réconciliation » au Maghreb.